Accueil du site > Vie chrétienne > Saints du diocèse > 3 mars : Sainte Colette

3 mars : Sainte Colette

2004

Prier avec elle

Dans ta miséricorde, Seigneur, tu as conduit sainte Colette à vivre seule près de toi seul dans le silence et la pauvreté ;
À sa prière, accorde-nous de suivre le Christ avec la même pauvreté de cœur, afin de pouvoir te contempler dans le Royaume des Cieux. Par Jésus-Christ.
Lui qui vit et règne pour les siècles des siècles.

(Propre des fêtes du diocèse du Puy)

Sa vie

En 1381, lorsque naît Colette Boylet, l’Europe est en piteux état : guerre, schisme entre chrétien… Elle perd ses parents à 18 ans et décide de se consacrer à Dieu. Elle renonce à tous ses biens et se met en recherche d’une forme de vie religieuse qui lui convienne. Aucune congrégation ne lui convenant, elle décide de mener une vie d’ermite, de recluse. A 21 ans, elle s’enferme dans une petite cellule construite contre l’église de Corbie en Picardie, pour adorer et prier Dieu.
Peu à peu, elle va découvrir sa vocation : rétablir la vie religieuse authentique dans l’ordre franciscain. Le Pape Benoît XIII la relève de ses vœux de recluse et elle défend si bien sa cause qu’il lui confie la restauration des trois ordres de saint François (frères mineurs, sœurs clarisses et tiers-ordre). Commencent pour elle 37 années de voyages, de réformes et de fondations : 17 maisons sont fondées ou relevées. Partout elle instaure ou restaure une vie pauvre, hautement contemplative, austère fraternelle et joyeuse. Ces exigences, loin de repousser, attirent. En 1432 elle fonde au Puy le monastère de l’Ave Maria. 14 religieuses participent à cette aventure.
Colette reste deux ans au Puy. Elle meurt à Gand en 1447




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site