Accueil du site > Notre Evêque > Archives > Derniers textes > 30 ans de l’Ecole de prière

30 ans de l’Ecole de prière

mercredi 20 novembre 2013, par Henri Brincard

Les 9, 10 et 11 novembre, l’École de prière a fêté ses 30 ans ! Mgr Brincard, de retour de l’assemblée des évêques de France à Lourdes, a présidé l’eucharistie le 11 novembre. Retrouvez son homélie.

Voir les photos du 30ème anniversaire

Homélie prononcée à Brives-Charensac (La Chartreuse) pour le trentième anniversaire de l’École de prière.

Chers amis,

En ce trentième anniversaire de l’École de prière, je vous exprime ma joie pleine d’émerveillement pour tout le bien accompli au cours de ces trente années. Ma joie est aussi une immense action de grâce que je fais remonter vers le Seigneur.

L’École de prière est une œuvre de l’Esprit-Saint reconnue comme telle par l’Église de Dieu qui est en France. Elle est un surgissement inopiné auquel a contribué le père Fournier, le père Jacques Tournayre ainsi que plusieurs prêtres du diocèse et beaucoup parmi vous, présents dans notre assemblée. L’École de prière a connu un développement étonnant. Elle est née avant mon arrivée au Puy, dans le diocèse. D’autres Écoles de prière sont nées en France, à Madagascar et en Hongrie. Les Écoles de prière sont réunies dans une structure de communion présidée par Georges Bolon.
Au développement de la première École de prière ont contribué de manière remarquable le père Claude Colombet et plusieurs d’entre vous. Je voudrais tous vous remercier. Faute de pouvoir le faire, je dis à chacun et à chacune d’entre vous : vous avez une place spéciale dans mon cœur d’évêque.

Par une pédagogie heureuse et sans cesse renouvelée, l’École de prière aide les jeunes à devenir disciples de Jésus, disciples qui écoutent Jésus et lui parlent, disciples qui découvrent l’Église comme la Famille des Enfants de Dieu, disciples qui, en approfondissant leur foi en Jésus, comprennent combien le Sauveur du monde est leur ami. Oui, Jésus nous aime, nous écoute et nous répond.
La formation proposée aux jeunes, formation adaptée à leur âge, unit merveilleusement, le « cœur à cœur » avec Jésus, qui a pour nom la prière et la rencontre avec Jésus qui vient habituellement vers nous par le sacrement de la réconciliation et par celui de l’eucharistie. Les bienfaits et la nécessité du sacrement de la réconciliation sont, hélas, méconnus par de très nombreux baptisés. Plutôt que de nous contenter de le déplorer, efforçons-nous d’y remédier. Les Écoles de prière aident les jeunes à faire l’expérience du sacrement qui libère et qui fortifie l’espérance. Avec le sacrement de l’eucharistie, le sacrement de la réconciliation déploie les énergies de la vie divine reçue au baptême.
Comme disciple de Jésus, le jeune découvre, non seulement combien il est aimé de Jésus mais aussi combien l’aimer en retour apporte joie, paix et espérance dans le quotidien des jours. Avec Jésus, les joies humaines connaissent une nouvelle ampleur. En suivant Jésus, les jeunes font aussi l’expérience d’aimer les autres avec le cœur de Dieu. Enfin, le jeune comprend de mieux en mieux que toute activité accomplie avec Jésus est source d’un bonheur profond et durable. L’Ecole de prière est ainsi l’Ecole de la joie de l’amitié.
Le jeune apprend aussi à devenir un missionnaire où, de la Parole annonçant la Bonne nouvelle, jaillit l’Amour, comme la flamme du feu.

Les fruits de l’Ecole de prière sont nombreux. Je pense au bonheur des aux prêtres et des consacrés qui accompagnent les jeunes. Je pense aux laïcs qui se donnent si généreusement au service des jeunes. Je pense enfin aux vocations qui naissent d’une véritable intimité avec le Sauveur du monde.
De nombreux jeunes ont découvert le chemin du plus grand don d’eux-mêmes, le chemin que Jésus leur choisit. En un mot, ils découvrent leur vocation.

Marie est très présente dans nos Écoles de prière. Comment peut-il en être autrement ? Elle est la Vierge fidèle, le Rocher des défaillants, la Mère des repentants, l’Étoile de l’Espérance, la Tour d’ivoire sous la protection de laquelle personne n’est blessé. Dès le premier instant de sa conception, Marie est cachée en Dieu, c’est le mystère de l’Immaculée. A l’Annonciation, dès le oui de Marie, Jésus est caché en Elle. A la croix, Marie devient la Mère de l’Église et de tous les hommes. Demeurons cachés en Elle pour être tout à Jésus, à la gloire du Père dans l’Esprit-Saint. Que la devise des Écoles de prière soit : « Gardons Marie. Elle nous gardera. »

Louons Jésus et faisons de ces belles journées une grande action de grâces à la gloire de la Trinité divine. Amen !




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site