Accueil du site > Evénements > Assemblée Générale du Presbytérium du mardi 4 mars 2008

Assemblée Générale du Presbytérium du mardi 4 mars 2008

mercredi 19 mars 2008

Le 4 mars 2008 restera une date dans les mémoires des prêtres du diocèse. Ils étaient 102 à avoir répondu à l’invitation de l’évêque et du Conseil Presbytéral. Le secrétaire de ce dernier, le P. Joseph Pichon disait, dès son mot d’entrée, les deux objectifs de cette rencontre : un temps de rencontre amicale et un partage d’expériences.

Nous vous proposons un écho des interventions des représentants des différents secteurs du diocèse, de l’intervention du P. Destable, vicaire général de Clermont qui proposait un regard extérieur, et la conclusion de Mgr Brincard.

Bernard Planche

Secteur d’Yssingeaux

Le secteur d’Yssingeaux a partagé l’expérience d’une assemblée générale de secteur qui a eu lieu le 2 février dernier et qui a réunie 150 participants.
Principale innovation née de cette rencontre : le lancement de groupe de partage d’Evangile autour du texte de saint Matthieu. Ces partages devaient s’échelonner sur tout le Carême.
Plus long terme, cette assemblée générale de secteur, en permettant aux gens de se connaître, a fait naître l’aspiration à plus de travail en commun autour de projets précis.
Le besoin de formation a été fortement ressenti ainsi que la nécessité que pour que pour chaque domaine d’activité (liturgie, santé, sacrements...) un laïc accompagné par un prêtre soit placé en situation de responsabilité.
L’intervention s’est conclue par quelques propositions : développer la solidarité entre prêtres et un synode diocésain.

Secteur de Monistrol-sur-Loire

La présence de six animatrices en pastorale marque la vie du secteur. Travailler en commun entre les trois ensembles paroissiaux (Aurec - Pont-Salomon - St Ferréol, Monistrol - La Chapelle-d’Aurec et Bas - Beauzac - Malvalette - Valprivas) devient peu à peu une réalité.
Le Carême 2008 a été une occasion de progresser dans ce domaine avec des chemins de croix alternativement dans chaque lieu centre et une célébration commune de la Passion à Bas. Une journée de secteur aura lieu le 18 mai à Notre-Dame de la Faye.
Parmi les propositions de ce secteur : développer les équipes d’accueil des familles en deuil et la désignation d’un prêtre pour accompagner les confrères en difficulté.

Ensemble paroissial du Bassin Minier

Cet ensemble paroissial a un statut un peu spécial car il est uni à une des nouvelles paroisses de l’archidiocèse de Clermont.
Son représentant a partagé la mise en route d’une équipe "funérailles". Elle répond aux deux cents demandes annuelles d’obsèques. Quatre personnes ont suivi une formation à Clermont et ont reçu une lettre de mission (des deux diocèses). Six personnes assurent la permanence téléphonique pour les demandes d’obsèques et les célébrations sont présidées par, selon les cas, un des trois prêtres, une religieuses ou l’un des cinq laïcs mandatés. L’accompagnement va jusqu’à la prière au cimetière.
Le secteur propose de se donner des projets pastoraux qui peuvent s’étaler sur une ou plusieurs années.

Secteur entre Loire et Cévennes

Le thème retenu était l’Eveil à la foi. A partir de 2004 un partage entre les différentes équipes locales s’est développé et des rencontres communes ont été organisées. La présence des animatrices en pastorale et le travail en secteur ont contribué notablement à ce développement. Cette expérience a encouragé de nombreux parents à participer à l’accompagnement de la catéchèse des enfants.
Il serait souhaitable que cette participation des parents au travail d’évangélisation soit développée, en particulier en leur permettant d’échanger entre eux. Autre piste de travail : structurer les temps forts (messes dites des familles, fêtes, rassemblements.. qui sont souvent la seule pratique de beaucoup.

Secteur du Haut-Allier

Ici aussi, la baisse du nombre des prêtres et le sens plus aigu du rôle des fidèles laïcs a conduit à dépasser la conscience de clocher : les fidèles sont invités à se déplacer pour les célébrations, les enfants catéchisés se regroupent... Des équipes sont constituées pour la préparation des sacrements et une équipe rassemble les personnes investies dans la pastorale de la santé.
Dans ce vaste secteur, les distances ne facilitent cependant pas toujours les choses.
Le secteur propose une plus grande attention à tous ceux qui apportent du sang neuf dans la vie des communautés ainsi que de développer les rencontres conviviales entre prêtres.

Secteur du Puy

La collaboration entre prêtres et animatrices laïques a été mise en avant. Ce qui se vit dans la pastorale des collégiens servait d’illustration : un prêtre est référent pour une tranche d’âge sur plusieurs établissements. Il n’a donc pas la charge direct des aumôneries, tâche qui revient à l’animatrice. Ensembles, ils contribuent à la formation des intervenants (parents ou enseignants) De son côté l’animatrice n’est pas laissée seule dans sa mission et le prêtre n’a pas porter la charge d’un ensembles d’aumôneries qu’il n’aurait pas le temps de gérer.
De nouvelles façons d’annoncer la foi ont ainsi pu voir le jour : différents groupes ont été constitués selon que l’on a affaire à des enfants catholiques pratiquants, non pratiquants, tout juste baptisés, pas baptisés ou appartenant à d’autres religions. Cette pratique est gourmande en catéchistes.
A noter que la nouvelle organisation du temps scolaire prévue pour la rentrée 2008 devrait libérer totalement le mercredi. Il y aura sans doute des propositions à faire pour tenir compte de cette évolution.

Secteur de Brioude

Le secteur de Brioude a lui aussi proposé une réflexion sur la pastorale des funérailles. Jusqu’à présent les réalisations concernent surtout l’animation liturgique. A partir de cette année des fidèles participeront à l’accueil des familles. Pour cela, en février une réunion à Brioude a permis d’expliquer en quoi consistait cette mission. Les quarante personnes présentes ont accepté de suivre une formation.
Reste une question pour ce secteur : comment s’organiser. Pour le moment le nombre de prêtres y est satisfaisant et leur santé est bonne. Qu’en sera-t-il dans dix ans ? D’où des résolutions déjà prises : revitaliser le conseil pastoral de secteur avec une réunion par trimestre et constituer des équipes relais pour prendre en charge l’animation des petites paroisses.

Secteur de Saint-Didier

Un rassemblement de secteur a rassemblé jusqu’à 500 personnes le 30 septembre dernier. Pris en charge par le Conseil de secteur, il dénote la prise de conscience par ses membres de la dynamique en train de naître. L’organisation d’un tel évènement a aussi donné l’occasion d’une collaboration entre les différents services et mouvements.
Point faible : peu de jeunes familles présentes à ce rassemblement. D’où l’idée d’un nouveau rassemblement dont les jeunes générations serait le moteur.
Cette rencontre avec les jeunes familles fait difficulté dans toute la vie ecclésiale. Les quelques occasions de rencontre, entre autre pour préparer un sacrement, se déroulent bien et laissent un souvenir positif, mais peu de suite est donnée à ces moments de contact.
Des projets naissent de ce constat : soutiens aux différentes équipes qui ont un contact avec ces familles (éveil à la foi, équipes baptême...) en leur proposant formation et temps de ressourcement ; invitation des jeunes famille à rejoindre un mouvement.

Secteur de Dunières-Tence

La mise en place d’un ensemble paroissial à partir de six paroisses a été noté comme un point positif. Deux axes de travail ont été retenus : la mise en place d’un conseil pastoral et d’un conseil des affaires économiques afin de donner aux baptisés une vision d’ensemble et de permettre la mise en œuvre d’une action d’évangélisation commune. Dans chaque paroisse, une équipe animatrice est chargée de mettre en place localement le service de la Parole, de la Prière et de la Charité et d’assumer la gestion matérielle locale. Le tout, bien évidemment, en lien avec l’ensemble paroissial.
Des difficultés ont été pointées : la création d’ensembles de plus en plus grands crée un éloignement et une surcharge des prêtres. C’est l’évangélisation elle-même qui en pâtit.
Il convient de s’organiser non pas en fonction des prêtres, mais autour des communautés chrétiennes locales, animées par une équipe de baptisés en lien avec le prêtre. Cela implique de donner de vraies responsabilités à ces baptisés et permettrait de retrouver une certaine proximité et d’éviter la surcharge de prêtres.
Le manque d’instance de véritable débat et où les laïcs aient toute leur place est noté. L’articulation des différentes structures en souffre ainsi que le sentiment de tous participer à la construction du corps du Christ.
Le renouvellement des personnes est trop lent : quand une même personne est en place pendant 10, 15 ou 20 ans il s’en suit nécessairement une sclérose. Le secteur propose des mandats à durée limitée (3 ans renouvelables une fois).

La contribution du secteur des pays de l’Arzon ne nous est pas parvenue.

Intervention du Père Paul Destable

Le Père Destable a commencé par une réflexion sur le charisme du prêtre diocésain : "croire que dans chaque réalité humaine, en chaque lieu, Dieu a un peuple nombreux".
Il a pointé tout ce qui est beau dans les échanges de cette journée : "La beauté de la foi qui a été exprimée ; la beauté du témoignage de fidélité du Presbyterium qui est la colonne vertébrale de l’Eglise diocésaine".
"J’ai été frappé par la façon positive dont vous avez parlé des animatrices laïques en pastorale".
Il a proposé quelques pistes de réflexion
"Je voudrais dire un mot de la notion d’appel. L’appel n’est pas un préalable à la mission, elle en est le cœur. Il y a dans tout appel une mise à part, un temps pour la prière, l’échange fraternel, la formation... Les conseils pastoraux : ils développent la culture du rendre compte si importante.
Le facteur temps est essentiel pour que le maximum de per-sonnes soit dans le coup : une décision ecclésialement bonne doit être ecclésialement prise.
La proximité : doit-on comprendre ce mot au sens de commerce de proximité ? Il me semble que la proximité à rechercher et à servir, c’est d’abord la proximité du Christ. Car il y a une forme de proximité qui est volonté d’être partout et de tout contrôler en ne laissant pas toute leur place aux autres acteurs de la mission.
Notre façon de parler de notre ministère engendre-t-elle une espérance ? Parfois un ton blasé masque cette espérance et la confiance. Nous avons aussi à servir la vocation du ministère presbytéral
".

Conclusion de Mgr Brincard

Mgr Brincard a d’abord remercié tout ceux qui avaient rendu possible ce rassemblement. Ensuite, il a noté trois grands chantiers :

  • L’accompagnement des familles en deuil : un message devrait être rapidement publié sur cette question.
  • Le Rassemblement Ecclesia 2007 a marqué et il invite à des initiatives. Une synthèse des réactions à cet évène-ment est en cours et constituera la trame d’un message à venir.
  • Le réaménagement des paroisses : il se fait avec le temps. Beaucoup a été déjà fait. Une sanction canonique de ces évolutions devra avoir lieu mais elle est lourde à mettre en place et il vaut mieux que les choses aient bien trouvées leur place.

Mgr Brincard, avec une certaine solennité, s’est engagé à développer un esprit synodal dans les modes de fonctionnement du diocèse. Il a enfin souligné l’importance de la pastorale des vocations.




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site