Accueil du site > Diocèse > Vie consacrée > Au revoir aux Soeurs trinitaires

Au revoir aux Soeurs trinitaires

mercredi 15 juillet 2015, par P.B.Planche

Le 12 juillet, par une messe en l’église Sainte-Thérèse du Val-Vert, le diocèse du Puy a dit au revoir aux sœurs trinitaires présentes depuis 1825.

Voir l’album photo

190 ans de vocations

La congrégation des sœurs trinitaires est présente en Haute-Loire depuis 1825. Elles ont particulièrement œuvré dans le domaine de la santé et de l’accompagnement des personnes âgées.
En 190 ans, près de sept cents altiligériennes ont été religieuses trinitaires apportant soutien aux malades et aux personnes fragilisées. Animées par leur foi, elles ont longtemps été les seules, avec les religieuses d’autres congrégations, à assurer soins et accompagnement, aussi bien à domicile qu’en milieu hospitalier.
Le nombre des vocations en France ayant fortement chuté, la congrégation des sœurs trinitaires a dû se résoudre à fermer peu à peu ses communautés. Seule demeurait en Haute-Loire, la communauté installée au Puy-en-Velay à côté de la clinique Bon-Secours. Elle doit à son tour fermer au 12 juillet 2015. Les deux sœurs qui l’occupaient rejoignent la maison générale de la congrégation à Lyon.

Implantations dans le diocèse

Les soeurs trinitaires ont été présentes au Puy et ont assuré les soins à l’Hôtel-Dieu jusqu’à l’ouverture de l’hôpital Émile-Roux. Elles fonderont, avec l’aide de familles ponotes, la clinique Bon-Secours. Elles ont fondé l’école d’infirmière du Puy. Elles ont été également actives à Saint-Didier-en-Velay, à Pradelles et à Saugues. Le Puy-en-Velay : Hôtel-Dieu (1825-1926) ; Asile Sainte-Berthe (1858- 1904) ; Soins à domicile (1858-1926) ; Clinique Bon-Secours (1926-1995) ; Ecole d’infirmière (1945-1972) ; Maison de sœurs âgées (1973-2015). _ Saugues : Hospice (1831-1979) ; Soins à domicile (1831-1989).
Saint-Didier-en-Velay : Hospice (1844-1951). _ Pradelles : Hospice (1866-1981) ; Soins à domicile (1866-1981).

Une histoire qui continue

Le nom complet de la congrégation est "sœurs de la Très Sainte Trinité", souvent appelées sœurs trinitaires de Valence.
Au XIIè siècle saint Jean de Matha fonde une congrégation pour racheter les chrétiens retenus en esclavage en Afrique du Nord et en Orient. Au XVIIè siècle, à Saint-Nizier, dans la Loire, des femmes, s’inspirant de la spiritualité de saint Jean-de-Matha, veulent soulager d’autres formes d’esclavages, particulièrement les malades et les vieillards.
En 1685, l’évêque de Valence les appellent à venir s’occuper de l’Hôtel-Dieu de la ville. La communauté se développe et acquiert un grand rayonnement. Elle est reconnue par le roi Louis XV en 1727.
Les sœurs parviennent à se maintenir à l’Hôtel-Dieu de Valence pendant toute la période révolutionnaire, malgré des brimades et de nombreuses difficultés. Elles auront comme pensionnaire le pape Pie VI qui, prisonnier des troupes françaises, meurt à Valence en 1799.
Après la Révolution, la congrégation connait un essor important et s’implante dans de nombreux diocèses de France dont celui du Puy-en-Velay. En plus des maisons de soins médicaux, la congrégation ouvre également de nombreuses écoles. Elle s’implante également dans d’autres pays d’Europe.
La persécution anticléricale des années 1885-1914 oblige à la fermeture de soixante-quinze maisons et des religieuses sont contraintes de s’exiler à l’étranger. Pendant la Grande Guerre, les trinitaires participent aux soins aux blessés des combats et les fermetures cessent. En 1928, les sœurs trinitaires, sont appelées à Madagascar et commencent leur développement hors d’Europe (elles étaient présentes en Algérie depuis 1840).
Présentes aujourd’hui dans seize pays sur quatre continents, trois cent vingt sœurs continuent à vivre la spiritualité des premières sœurs et leur travail apostolique en vue de la dignité et du développement de la personne : dans le domaine de l’éducation, la santé, l’accueil de ceux qui souffrent, les missions, l’évangélisation, la promotion féminine…, tout ce qui peut aider à mettre debout, à devenir vraiment des enfants de Dieu, des êtres humains en plénitude. Actuellement les vocations viennent principalement de Madagascar et de Corée.

Présence dans le monde

Quatre pays d’Afrique : Cameroun, Congo (Brazzaville), Gabon et Madagascar. • Trois pays d’Amérique : Canada, Colombie, Pérou. • Trois pays d’Asie : Corée du Sud, Chine, Philippines. • Six pays d’Europe : Angleterre, Belgique, Espagne, France, Italie, Suisse.




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site