Accueil du site > Diocèse > Mouvements > Educatif > Cinquante ans de moulin

Cinquante ans de moulin

mercredi 30 janvier 2013, par P.B.Planche

Proche du rocher d’Aiguilhe, le Moulin des scouts de France du Puy fête en 2013 son 50ème anniversaire.

Fin d’exode

Les scouts de France ont une longue histoire au Puy. Fondés en 1933, jusque dans les années 60, ils ne disposaient pas de local qui leur soit propre. Ils avaient ainsi erré de lieu en lieu (même dans la caserne Romeuf). Mais régulièrement, les propriétaires qui avaient prêté un bâtiment, exprimaient le désir de recouvrer leur bien, et il fallait, pour les scouts, se remettre en quête et en travaux.

L’aumônier de l’époque, le père Georges Bonnet, se souvient très bien de cet épisode. Les responsables du scoutisme se mettent en recherche : l’aumônier, bien sûr et Louis Porte, alors adjoint à la mairie. Une opportunité se présente : au bord de la Borne, une ancienne usine de dentelle est vide.

L’achat de la propriété, qui comprend, outre le bâtiment un peu de terrain, s’est avéré un peu compliqué : les scouts n’ont pas un sou vaillant. La Banque populaire consent à un prêt, des donateurs et les familles font preuve de générosité... Les échéances provoqueront des sueurs froides pendant plusieurs années aux responsables du scoutisme ! Le Moulin devient propriété de l’association « Scouts de France ».

Début des travaux

Cela fait, il fallait retrousser les manches : une lourde campagne de travaux s’ouvrait. Il fallait ajuster les niveaux entre les différents corps de bâtiments, installer des sanitaires, l’électricité... Les scouts se firent maçons, plâtriers ou électriciens, et des bénévoles vinrent les seconder.

Des dons viennent alléger les frais : le plancher est offert, Noël Barrot, alors député, fait jouer ses relations et une entreprise d’électricité offre le matériel. Un bief passait sous le bâtiment et mettait en mouvement une turbine. Les planchers garderont longtemps les traces de l’huile qui lubrifiait les métiers à tisser.

Gustave Ollier (que tout le monde appelle Géo), chef de travaux dans une entreprise de maçonnerie, viendra assurer le gros œuvre avec quelques maçons pour un coût défiant la concurrence.

Pour amortir un peu les frais, une partie du Moulin servira d’auberge de jeunesse pendant quelques mois. Il fallait alors déménager tout le matériel des scouts et installer les lits pour accueillir les hôtes. La saison finie, c’était l’opération inverse !

Une chapelle fut aménagée au rezde-chaussée. Elle est ornée de vitraux modernes et, l’installation de l’autel fut faite dans les règles. L’autel garni de reliques, a été consacré et l’acte de consécration est enfermé dans l’autel lui-même.

Vingt ans après

Vingt ans plus tard, une deuxième campagne s’avérait nécessaire : les normes pour les locaux accueillant du public et des activités de jeunesse en particulier, s’étant durcies.

On installa un chauffage, le bief fut détourné pour éviter l’humidité (il givrait l’hiver à l’intérieur du Moulin) on dut reprendre l’électricité, la toiture et l’évacuation des eaux usées... Là aussi, les bénévoles furent mis à contribution et l’on se mit en quête de subventions.

Un lieu idéal

Au fil de ces années les scouts ont connu des évolutions importantes, dans la tenue avec les chemises de couleur, avec la séparation de la branche Éclaireurs en Rangers et Pionniers à partir de 1964, avec la co-éducation , version plus réfléchie de la mixité, à partir de 1982, et finalement depuis 2004 la fusion des deux mouvements Scouts de France (garçons et filles) et Guides de France (filles).

Chaque unité (sarabandes devenus farfadets, louveteaux et jeannettes, scouts et guides, pionniers et caravelles, compagnons) dispose d’un local où peuvent se dérouler les activités lorsqu’elles sont impossibles en extérieur. Une grande salle commune « le foyer », dotée d’une cheminée qui aide à la convivialité, permettait de rassembler tous les jeunes. Elle est maintenant affectée à une unité. On trouve aussi une pièce où on range le gros matériel (installation pour les camps, pour les jeux...), un petit bureau et une salle à manger-salle de réunion.

Travaux encore !

Un peu à cause de l’usure du temps, mais surtout à cause de normes de plus en plus draconiennes, de nouveaux travaux sont à l’horizon. En attendant, le Moulin et le terrain qui le jouxte continuent d’accueillir des jeunes pour leur proposer l’aventure scoute - la nature, le jeu et la vie de groupe, le développement de la personnalité – dans le scoutisme catholique : l’évangile vécu et célébré avec les autres.

Fort de cent jeunes aujourd’hui, le groupe Scouts et Guides de France du Puy continue sa marche en avant. Chaque année permet de vivre des moments forts de partage et de jeux : messe pour la Lumière de Bethléem, week-end de groupe en avril, fête des départs en camp et bien sûr les camps en eux-mêmes.

Chaque tranche d’âge vit à sa mesure l’aventure et prend conscience de la fraternité scoute. Les projets vont d’un week-end de camp pour les plus jeunes jusqu’au rassemblement à Jambville avec 15 000 autres Scouts et Guides pour les 11-14 ans ; quant aux Compagnons, des équipes partent chaque année mener des actions de solidarité en France et dans le monde entier : en Inde il y a deux ans, au Vietnam et en Éthiopie cet été ; le prochain projet devrait prendre la direction du Népal.

Rendez-vous le 16 février

À partir de 10h, et en continu : exposition dans le Moulin.
14h : grand jeu
16h30 : messe à Saint-Laurent.
18h : apéro et festivités surprises au Moulin.
19h30 : repas (salle polyvalente d’Aiguilhe) et veillée.


Portfolio

Le moulin des scouts de France au Puy en 1989 Activité au Moulin dans les années 2000 Départ en camp en 1966


© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site