Accueil du site > Vie chrétienne > Diaconia > Diaconia et le bien commun

Diaconia et le bien commun

mardi 21 octobre 2014, par P.B.Planche

Le 11 octobre l’amphithéâtre de la Maison diocésaine du Puy-en-Velay était bien rempli pour accueillir une journée de réflexion sur la pensée sociale de l’Église.

Dans la suite de Diaconia

C’est l’équipe chargée d’animer la suite donnée à la rencontre Diaconia 2013 qui a proposé cette journée. Y étaient convié les participants à la rencontre de l’an passé, mais aussi toutes les personnes intéressée par le thème. Après une brève introduction par le P. Marc Roux, la réflexion était soutenue par des vidéos qui sont jointes au livre « Notre bien commun » édité par le service nationale « famille et société » de la conférence des évêques de France.
C’est en particulier un entretien du P. luc Dubrulle qui permettait de poser les jalons pour entrer dans cette « pensée sociale de l’Église ».

Une pensée qui se construit

Elle part d’un constat : l’homme est un être social et l’amour du prochain, colonne vertébrale de toute éthique chrétienne, ont toujours conduit les chrétiens a tenir une place dans la société et à réfléchir sur ce qui s’y vivait. Souvent, par pensée sociale de l’Église (appelée aussi parfois doctrine sociale), on entend la réflexion construite autours des textes des papes sur la situation sociale issue de la révolution industrielle depuis Léon XIII et son encyclique « Rerum Novarum » en 1891.
Cette pensée est donc riche de toutes les contributions des souverains pontifes depuis cette date, mais aussi de celle de bien d’autres contributeurs : évêques, théologiens, mouvements chrétiens, penseurs…

Six points d’attentions

L’ouvrage proposé par la Conférence des évêques de France synthétise la pensée sociale de l’Église autour de six point d’attention :

  • La politique une bonne nouvelle : l’action politique au sens large a une vraie importance et peut même être une des formes les plus hautes d’expression de la charité chrétienne.
  • La propriété oui, mais. Si l’Église ne remet pas en cause la légitimité du droit de propriété en revanche, elle rappelle qu’il donne le droit d’user des choses et non d’en abuser.
  • Le travail pour tous. Le travail conçu comme un droit et pas seulement comme une potentialité, et il doit donner la possibilité d’obtenir les revenus permettant une vie digne.
  • Société cherche famille. La famille est la cellule de base de la société. La personne humaine est un être de relation et pas seulement un individu.
  • J’étais un étranger… La fraternité humaine dépasse les frontières. Il s’agit de reconnaitre dans l’étranger qui se trouve dans mon pays un frère avant toute autres considération.
  • Moins de bien plus de lien. La société moderne s’est construite en occident sur la consommation. Elle semble montrer de plus en plus ses limités : les richesses ne suffisent pas à rendre heureux, seul l’amour le peux.

Echanges

Un certain nombre de ces points ont fait l’objet d’échanges en carrefour. Des témoignages courts étaient projetés permettant de lancer la discussion, souvent riche.
Une célébration de la Parole concluait la journée.

Encouragements de Mgr Brincard

L’évêque du Puy-en-Velay ne pouvait être présent à cette journée à cause de ses problèmes de santé. Il avait cependant tenu à faire parvenir aux participants un message par le P. Jean-Claude Petiot, vicaire général. Mgr Brincard y partageait sa joie de voir la pensée sociale de l’Église mieux connue et ses encouragements à tous les artisans de fraternité.


Portfolio

Formation "La pensée sociale de l'Eglise" Formation "La pensée sociale de l'Eglise" Le P. Jean-Pierre Mourier Le P. Jean-Claude Petiot Le P. Marc Roux et Isabelle Hérault Formation "La pensée sociale de l'Eglise" Formation "La pensée sociale de l'Eglise"


© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site