Accueil du site > Diocèse > Mouvements > Familles spirituelles > Ecole d’oraison du Carmel

Ecole d’oraison du Carmel

mardi 24 janvier 2017, par Hélène Versavel

La branche séculière du Carmel se rencontre une fois par mois au Puy. Après l’école d’oraison proposée pendant l’Avent 2016, elle réfléchit à la suite à donner

L’ordre du Carmel comprend trois branches : les religieux, les religieuses et les laïcs qui font partie intégrante de l’ordre C’est ainsi que l’Ordre des Carmes Déchaux Séculier de la Réforme Séculière thérésienne accueille des chrétiens, qui par vocation particulière, s’engagent à vivre, dans le monde et en communion fraternelle, une vie évangélique, imprégnée de l’esprit d’oraison contemplative, animés d’un zèle apostolique suivant en cela l’exemple et l’enseignement des saints du Carmel. Ces laïcs ne cherchent pas à transposer une mentalité conventuelle dans le temporel où ils évoluent. Ils vont dans le monde, comme les autres, avec les autres, mais en Dieu et pour Dieu. Au Puy un tel groupe existe depuis 1990. Cette communauté nommée Communauté Notre Dame du Puy est accompagné par un frère Carme, nommé par le supérieur provincial qui guide et recueille les promesses faites par les membres qui veulent s’engager à vivre selon les conseils évangéliques de chasteté, de pauvreté et d’obéissance et des béatitudes selon les constitutions de l’OCDS. Actuellement la communauté ND du Puy comprend 7 membres qui ont prononcé des promesses soit temporaires ou définitives et plusieurs personnes sont regardantes en attendant une entrée en formation si telle est leur vocation. La communauté a une histoire avec ses peines et ses bonheurs ; elle se réunit chaque mois pour vivre une journée fraternelle d’échange et de prière entrecoupée par les offices que nous suivons avec nos sœurs carmélites. Les sœurs carmélites de Vals nous accueillent avec gentillesse en nous laissant disposer de leur hôtellerie, le temps des rencontres. Nos rencontres débutent toujours par la messe suivie d’une demie heure d’oraison (ce qui nous est prescrit journellement par notre règle de vie).

Durant l’une de ses visites trimestrielle notre père assistant le Père Jean Sébastien du couvent de Montpellier nous a suggéré « pourquoi ne pas partager avec d’autres chrétiens le trésor de la prière d’oraison que nous pratiquons au Carmel et qui fait notre bonheur de Carme ? » Avec tous les membres du Carmel Séculier nous nous sommes lancés dans l’aventure bien épaulés par le service de communication du diocèse pour la diffusion et la publicité de cette action. Nous avons proposé cette petite école d’oraison pour le temps de l’Avent en quatre rencontres fraternelles où la simplicité serait notre ligne de conduite, avec la présence priante de nos sœurs carmélites et les encouragements de notre évêque Luc. Nous avons osé espérer contre toute espérance (Rm 4,18) Notre espérance a porté ses fruits et c’est avec une grande joie qu’une trentaine de fidèles ont suivi assidument cette session de découverte de l’oraison carmélitaine avec une approche pédagogique : l’oraison, ses aspects pratiques, ses difficultés ses fruits.

Chaque rencontre s’est déroulée sur même schéma

  • Un partage en petit groupe sur sa vie d’oraison personnelle
  • Un topo par un membre de l’OCDS sur l’oraison, ses difficultés, ses fruits
  • Un quart d’heure d’oraison silencieuse dans la chapelle
  • Pour se terminer par une prière à la Vierge Marie

La première rencontre a été consacrée à la définition de l’oraison avec les paroles de Ste Thérèse d’Avila : « Notez bien ceci car je parle d’expérience : l’âme qui s’engage résolument dans la voie de l’oraison mentale doit savoir qu’elle a déjà couvert une grande partie du chemin ; elle n’a donc pas à craindre de retourner en arrière pour beaucoup qu’elle bronche, car l’édifice est fondé sur des bases solides…. Servir Dieu avec justice, force d’âme et humilité, ce serait recevoir, ce me semble, plutôt que donner nous-mêmes quelque chose. »

Cette école d’oraison n’avait pas pour but de trouver des trucs ou ficelles pour faire oraison mais simplement de découvrir que la prière qui nous habite permet de découvrir le dialogue avec Dieu trinitaire Père, Fils et Esprit. La joie de toutes les personnes présentes se lisait sur les visages à la fin de la dernière rencontre ce qui peut permettre d’envisager une suite, peut être pour le carême. Parole d’une participante : « l’école d’oraison m’a donné les outils nécessaires pour accéder à la contemplation Divine…… ».

Là, où nous sommes, dans le monde, laissons embraser par le Feu de l’Amour divin, devenons de vivantes Flammes d’Amour ! crédit Elvine Dessin de Elvine pour Famille chrétienne




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site