Accueil du site > Evénements > Enseignement catholique : professionnels et militants

Enseignement catholique : professionnels et militants

lundi 5 mai 2008

"Etre professeur dans l’enseignement catholique". C’est sur ce thème que les professeurs du second degré des établissements catholiques étaient invités à réfléchir ce vendredi 2 mai. La salle polyvalente de Saint-Germain-Laprade s’est remplie par deux fois : le nombre des participants étaient trop important pour que la rencontre ait lieu en une seule fois.

Des intervenants prestigieux avaient fait le déplacement : Paul Malartre, ancien secrétaire général de l’Enseignement catholique, Eric de Labarre, son successeur, Andres Antenza, directeur de l’Ecole Supérieure de commerce de Clermont-Ferrand, Mgr Brincard, évêque du Puy et Jean-Paul Laval, le directeur diocésain de l’Enseignement catholique.

Une table ronde permettait à des enseignants de prendre la parole et d’exprimer leur joie d’enseigner, pour certains d’enseigner dans l’enseignement catholique, et leurs attentes.

Des différentes interventions, se dégageait la priorité donnée à l’élève et à son épanouissement. : "il faut avant tout être attentif à la dignité de la personne", "aucun homme n’est sans avenir, tout dépend du regard que l’on pose sur lui" ; "pour enseigner, il faut être à la fois professionnel et militant". Car éduquer, c’est engendrer d’une certaine façon : on ne sait pas ce que l’autre prend de ce que l’on dit, mais c’est lui qui en fait une part de lui-même et de son savoir. "L’Enseignement catholique se bâtit autour de trois E : Eduquer, Enseigner, Eveiller à l’amour de Dieu".

Pour les participants, les quatre cinquièmes des enseignants invités ont répondu à l’appel, ce qui est méritant en cette période riche en ponts. Cette rencontre a été l’occasion de réaffirmer quelques convictions sur le rôle des enseignants et cela ne fait jamais de mal. Certes les problèmes qui fâchent le monde enseignant (les suppressions de postes et les nouveaux programmes) n’étaient pas au programme : ils ne dépendent pas des directions diocésaines mais des décisions ministérielles. Cependant, il est sans doute bon, dans ce contexte agité, de se souvenir que si les données quantitatives ne sont pas à négliger, le qualitatif n’en est pas moins essentiel. C’était l’un des buts de cette rencontre. L’un des intervenants disait qu’il fallait développer une pédagogie du pourquoi et pas seulement celle du comment. Ce qui est vrai au niveau de la pédagogie éducative, l’est aussi pour la réflexion sur l’existence même de l’Enseignement catholique : il faut s’interroger sur le comment, mais aussi, et peut-être même surtout, sur le pourquoi.

En savoir plus sur l’Enseignement Catholique




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site