Accueil du site > Evénements > Homélie de Mgr Laurent Percerou

Homélie de Mgr Laurent Percerou

15 août 2018

jeudi 16 août 2018, par AG

Homélie prononcée le 15 août 2018, en la cathédrale du Puy-en-Velay, par Mgr Laurent Percerou, évêque de Moulins et invité par Mgr Luc Crepy, évêque du Puy, pour la solennité des fêtes de l’Assomption de Marie. Mgr Percerou est président du Conseil pour la pastorale des enfants et des jeunes et il a été nommé par le pape François membre du prochain synode sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel, qui se tiendra à Rome en octobre prochain.

"L’Eglise possède ce qui fait la force et le charme des jeunes : la faculté de se réjouir de ce qui commence, de se donner sans retour, de se renouveler et de repartir pour les nouvelles conquêtes. Regardez-là, et vous retrouverez en elle le visage du Christ, le compagnon et l’ami des jeunes. ”

Ainsi s’exprimaient les pères du Concile Vatican II, dans un dernier message adressé à la jeunesse du monde, le 7 décembre 1965. “L’Eglise possède ce qui fait la force et le charme des jeunes” Cela signifie que l’Eglise détient ce trésor extraordinaire qu’est la jeunesse éternelle du Christ manifestée au petit matin de Pâques. Elle le détient, elle en vit et elle l’annonce ! Les jeunes, par une grâce propre qui les anime, viennent lui rappeler que le Christ lui demande d’être, au cœur de ce monde, cette présence active d’un Dieu éternellement jeune. Aussi, le synode des évêques qui se tiendra à Rome en octobre prochain a pour objectif de rappeler aux jeunes de 16 à 29 ans, et à tous les adultes avec eux, qu’ils sont porteurs de l’élan des commencements, cet élan qui anime, depuis l’aube pascale, l’être même de l’Eglise. Et il y a urgence ! Au cœur de ce temps que le Saint Père qualifie de “changement d’époque”, l’Eglise ne doit pas perdre cet élan, et doit donc s’interroger sur la manière dont elle accompagne cette génération “d’adultes en devenir”, afin qu’elle le communique au monde. Disciples du Ressuscité, là est notre vocation : insuffler à nos frères et sœurs en humanité, l’élan des commencements ! Alors, en cette fête de l’Assomption, ici, en cette cité mariale du Puy, contemplons l’itinéraire de la jeune Marie, qui, à l’aube de sa vie adulte, répond favorablement à l’appel de son Seigneur pour ouvrir l’humanité au Salut.

Les jeunes, avec Marie : le courage de la foi.

Marie est, d’abord et avant tout, une jeune femme courageuse ! Elle affrontera le risque de la répudiation à cause d’un enfant conçu mystérieusement hors mariage ; elle parcourra les chemins, alors qu’elle était enceinte, afin de venir en aide à sa vieille cousine Elisabeth ; elle sera rongée par l’angoisse lorsque Jésus lui faussera compagnie pour rejoindre les docteurs de la Loi au Temple de Jérusalem ; elle connaîtra la souffrance et les larmes, au pied de la croix, accompagnant son Fils dans son agonie et jusque dans sa mort. Mais notre jeune et courageuse puisait sa force et son espérance dans son attachement confiant au Seigneur : elle connaitra le bonheur au jour de la Visitation, quand Elisabeth identifia l’enfant qu’elle portait ; lorsqu’à Bethléem elle mettra au monde son premier né ; lorsqu’au jour de la pentecôte, avec les apôtres, elle accueillera l’Esprit de son Fils ressuscité… Elle aura traversé toutes ces épreuves avec une telle foi qu’elle partagera, la première, la vie de son fils ressuscité sans connaître la corruption du tombeau. C’est ce que nous fêtons en ce jour de l’Assomption. Marie – et c’est l’apanage de la jeunesse - fut donc une « battante » ! Les contributions des Conférences épiscopales au prochain Synode insistent sur le courage des jeunes qui s’engagent, sur tous les continents, pour une terre plus fraternelle et plus juste. Ils sont présents dans la lutte pour la sauvegarde de la création. Ils n’acceptent pas les prévisions défaitistes et le “prêt à penser” qui privent de la liberté d’espérer et d’agir. Et quand bien même ces jeunes sont frappés par les épreuves, pour peu qu’ils trouvent à leurs côtés des frères et sœurs ainés qui les relèvent, ils sont capables de trouver le courage pour se reconstruire et apporter leur pierre à l’édification de sociétés plus humaines. Frères et sœurs, être jeunes n’est pas une question d’âge, c’est une manière d’être, de penser et d’agir ! C’est croire que Dieu, en Jésus Ressuscité, ouvre l’avenir. Accueillons donc pour nous-mêmes ce que le Pape François disait aux jeunes, à l’occasion de la JMJ 2018 : “La force d’avoir du courage dans le présent provient de la certitude que la grâce de Dieu est avec nous : courage pour faire ce que Dieu nous demande ici et maintenant, dans chaque domaine de votre vie ; courage pour embrasser la vocation que Dieu nous indique ; courage pour vivre notre foi sans la cacher ou la diminuer.” Ainsi fit la jeune Marie, ainsi devons-nous faire.

Les jeunes, avec Marie : la grâce du discernement

La jeune Marie s’est rendue disponible à l’appel de Dieu afin de lui donner corps en Jésus. Cette disponibilité fut réfléchie et mûrie, et nous en avons une trace dans l’Evangile de Luc. Au jour de l’Annonciation, elle répond à l’Archange Gabriel : “Comment cela se fera-t-il puisque je ne connais pas d’homme ?” et l’Archange de la rassurer : “sois sans crainte Marie, l’Esprit viendra sur toi et te couvrira de son ombre.”. Elle a su, à ce moment décisif, confronter sa situation humaine et son actualité, avec l’immensité de l’appel de Dieu qui venait bousculer son quotidien. L’Archange invita simplement Marie à la confiance en l’Esprit du Seigneur qui donne la force d’accomplir ce qui, à regard humain, parait impossible : “car rien n’est impossible à Dieu ! ” “ Qu’il me soit fait selon ta Parole ! ” Ce « fiat » du jour de l’annonciation fut un « fiat » de toute la vie, même aux jours où Marie ne voyait pas bien où il la conduisait. Nos vies sont bouleversées par bien des péripéties et, pour nombre de jeunes, l’engagement dans un projet de toute la vie semble parfois impossible, tant leur environnement est instable et imprévisible. Contemplant le “oui” de Marie, le Pape François disait aux jeunes, à l’occasion de la JMJ 2018 : “ Les paroles de l’ange descendent sur les peurs humaines en les dissolvant par la force de la bonne nouvelle dont elles sont porteuses. Notre vie n’est pas un pur hasard et une simple lutte pour la survie, mais chacun d’entre nous est une histoire aimée par Dieu. (…) Le Créateur découvre une beauté unique dans notre être et il a un projet magnifique pour notre existence. (…) L’inconnu que demain nous réserve est un temps favorable qui nous est donné pour vivre l’unicité de notre vocation personnelle et la partager avec nos frères et sœurs dans l’Église et dans le monde.” Ces paroles sont pour les adultes aussi... Ainsi fit la jeune Marie, ainsi devons-nous faire.

Les jeunes, avec Marie : le dévouement au service

Notre jeune Marie part à Aïn Karim, sans traîner, pour se mettre au service d’Elisabeth. Dieu aime les humbles serviteurs au point qu’il les choisit pour accomplir sa volonté, car ils sont suffisamment désencombrés d’eux-mêmes pour faire toute la place à l’œuvre de Dieu et reconnaître sa trace au cœur de leur histoire. « Le plus grand parmi vous sera comme celui qui sert » dira son fils aux apôtres, Marie l’avait compris avant même qu’il l’exprime. C’est ce chemin d’humilité et de service qui lui donnera la capacité de chanter les merveilles de Dieu, car c’est ce chemin-là qui rend authentiquement heureux. Nous constatons, avec beaucoup de joie, que de nombreux jeunes se mettent au service avec générosité dans des associations caritatives, prennent des responsabilités dans leurs écoles ou dans leurs lieux de travail, prennent une ou deux années pour vivre une expérience consacrée au service des autres, en France ou à l’étranger. Des jeunes en précarité refusent de céder à la fatalité et, grâce au soutien d’associations, reprennent leur destin en main. D’autres se mettent au service de la cité des hommes en prenant un engagement syndical ou politique… Et nombre de jeunes catholiques, soucieux de fonder leur vie sur le Christ, se donnent généreusement dans l’animation d’un mouvement d’Eglise, de leur paroisse, de la pastorale des jeunes de leur diocèse… Autant de lieux d’engagements où ils expérimentent toute la joie qu’il y a à servir le Bien Commun. Ils nous invitent ainsi à demeurer ouverts à l’inattendu de Dieu, à la nouveauté, et remplis d’espérance en l’avenir de ce monde et de notre Eglise dont beaucoup pensent qu’elle est sur le déclin. Ainsi fit la jeune Marie, ainsi devons-nous faire.

Alors, au terme de cette méditation, permettez-moi de m’adresser aux jeunes ici présents  :

Les jeunes, comme Marie, ouvrez-vous à la grâce que Dieu a déposée en vous ! N’acceptez pas que d’autres vous imposent ce que vous devez faire, ce que vous devez penser, comment vous devez vous comporter, l’Esprit de votre baptême et de votre confirmation est un Esprit de liberté ! Tournez-vous vers votre Seigneur et Maître, le Christ, et demandez-lui « Maître, où demeures-tu ? », écoutez-le vous répondre : « viens et vois… », Suivez-le ! Il vous emmènera dans une aventure où votre vie sera comblée parce qu’elle sera totalement donnée pour l’annonce de son Evangile et la construction de son Royaume. Le Pape François nous y invitait tous dans sa dernière exhortation apostolique « Gaudete et exsultate » :

« Toi aussi, tu as besoin de percevoir la totalité de ta vie comme une mission. Essaie de le faire en écoutant Dieu dans la prière et en reconnaissant les signes qu’il te donne. Demande toujours à l’Esprit ce que Jésus attend de toi à chaque moment de ton existence et dans chaque choix que tu dois faire, pour discerner la place que cela occupe dans ta propre mission. Et permets-lui de forger en toi ce mystère personnel qui reflète Jésus-Christ dans le monde d’aujourd’hui. » (n. 23).

Ainsi fit la jeune Marie, ainsi devons-nous faire.

Cathédrale du Puy, Le 15 août 2018

+ Laurent Percerou Evêque de Moulins



© 2018 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site