Homélie de Pâques

dimanche 16 avril 2017, par AG

Homélie pronnoncée par Mgr Luc Crepy, évêque du Puy-en-Velay, pour la fête de Pâques (avril 2017) en la cathédrale du Puy.

Une bonne nouvelle incroyable mais vraie !

Prenons conscience aujourd’hui que les chrétiens, depuis 2000 ans, sont porteurs d’une bonne nouvelle. Pris par la routine personnelle, l’indifférence ambiante ou encore le divertissement de ce monde, comme dirait Pascal, nous risquons souvent d’oublier que notre foi ouvre une espérance « incroyable ». A tous les hommes et femmes de bonne volonté, cette bonne nouvelle propose un chemin de libération, permet de déposer les fardeaux trop lourds à porter, invite chacun à plus d’amour et de vérité. Oui, la résurrection de Jésus constitue un évènement sans pareil dans l’histoire de l’humanité, un évènement qui révèle des perspectives radicalement neuves sur Dieu et sur l’homme.

En ce jour de Pâques, nous sommes devant le tombeau du Christ et le tombeau est vide. En ce jour de Pâques, nous cherchions un mort et le Christ nous attend en Galilée. En ce jour de Pâques, nous pensions que le jardinier avait emporté le corps de Jésus et le jardinier, c’est Lui. Dès l’aube de ce jour unique, que de confusion, de pleurs, d’émotions, de courses à perdre haleine ! Les femmes au tombeau sont à la fois dans la crainte et dans la joie. Les apôtres croient et doutent que leur Maître est revenu du séjour des morts. Même l’apparition d’anges ne rassure personne. Il est vrai que la nouvelle est bien « incroyable » : le crucifié, ce Jésus de Nazareth, condamné par les chefs du peuple et moqué par la foule, est vivant ! Ses disciples pensaient que tout était terminé. Certains quittent alors Jérusalem. Ils racontent d’ailleurs leur désarroi à un inconnu qui fait route avec eux : « Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël, mais les grands prêtres et nos chefs l’ont livré et ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié. » (cf. Lc 24, 20-21) Il leur faut du temps pour que leurs yeux s’ouvrent et reconnaissent, à la fraction du pain, Celui qui marchait avec eux vers Emmaüs. Oui, la nouvelle de la Résurrection de Jésus demeure « incroyable » pour ses disciples et il faudra, au-delà des apparitions du Ressuscité, toute la force de l’Esprit Saint, le jour de la Pentecôte, pour qu’ils sortent de leur doute et de leur peur pour annoncer cette bonne nouvelle.

Si Jésus n’est pas ressuscité, alors notre foi est vaine. A la lumière du cierge pascal qui brille dans la nuit, accueillons en nos vies Celui que nous célébrons, le Christ vainqueur de la mort, le Fils bien-aimé que le Père n’a pas abandonné. Etre chrétien ou plutôt devenir chrétien, jour après jour, c’est avancer dans le quotidien de nos existences en présence du Ressuscité. Depuis notre baptême, nous sommes unis au Christ, nous sommes entrés définitivement dans la vie du Ressuscité. Notre existence est plongée, en quelque sorte, dans la vie même de Jésus si nous nous laissons toucher, guérir, enseigner par Lui ; si nous écoutons sa voix et si nous nous laissons transformer par Lui. Ainsi saint Paul affirme très clairement à la communauté des chrétiens de Rome : « Frères, nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus, c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême. Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts. » (Rm 6, 3b-4) C’est une vie nouvelle qui nous est donnée dans le baptême, c’est une vie nouvelle car le compagnonnage avec le Christ nous ouvre, dans l’ordinaire de nos histoires, des horizons larges et un regard renouvelé sur les gens et sur les choses.

En cette fête de Pâques 2017, plus de 4000 catéchumènes seront baptisés dans notre pays : des hommes et des femmes de tout âge, de toute condition sociale, qui ont rencontré Celui qui est vivant, le Christ, et qui veulent désormais devenir ses disciples et vivre unis à Lui. Ces catéchumènes sont un don de Dieu à l’Eglise et plus particulièrement à nos communautés paroissiales. Ils nous manifestent combien le Christ ressuscité se rend présent aujourd’hui à ceux et celles qui cherchent un sens à leur vie, qui s’interrogent sur ce qu’est le bonheur ou une vie réussie, sur ce que signifie aimer et pardonner… ceux et celles qui finalement sont des chercheurs de Dieu et qui découvrent en Jésus Christ le vrai visage de Dieu, un Dieu qui s’est fait l’un des nôtres et qui rejoint chacun dans ce qu’il est. Le Christ est venu à leur rencontre et, comme dans l’Evangile, il les a appelés à devenir ses amis, ses disciples, des membres de son Corps qu’est l’Eglise. Pour nous baptisés de longue date – jeunes ou moins jeunes –, cette belle et joyeuse démarche des catéchumènes qui reçoivent le baptême en cette nuit de Pâques, constitue un signe ou plutôt un appel fort à nous interroger : que fais-tu de ton baptême ? Qu’est-ce que cela change dans ta vie, dans tes choix, dans tes décisions, que tu sois baptisé ? As-tu conscience de la grandeur de ton baptême qui te fait participant de la vie même de Dieu comme enfant du Père et frère ou sœur du Christ, dans la force de l’Esprit ? Oui, les nouveaux baptisés de cette nuit pascale nous manifestent que la bonne nouvelle de la Résurrection du Christ est à l’œuvre dans notre monde.

La liturgie pascale nous invite ainsi à renouveler notre profession de foi baptismale. Au contact du Ressuscité, nous sommes invités à vivre une pâque nouvelle c’est-à-dire un passage nouveau dans notre vie. Ainsi il nous est demandé : « êtes-vous prêt à renoncer à tout ce qui conduit au péché et au mal pour vivre dans la liberté des enfants de Dieu et pour suivre Jésus Christ ? » Chacun de nous, confiant en la force de l’Esprit, nous répondons oui à cette invitation de l’Eglise et nous demandons au Christ de renouveler notre foi, notre espérance et notre charité pour être les témoins fidèles et joyeux de cette bonne nouvelle « incroyable » mais vraie.

Belle et joyeuse fête de Pâques : le Christ est vraiment ressuscité !




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site