Accueil du site > Notre Evêque > Archives > Homélie pour la messe chrismale

Homélie pour la messe chrismale

vendredi 18 avril 2014

Homélie prononcée par Mgr Brincard le mardi 15 avril, en la cathédrale Notre-Dame du Puy.

Voir les photos de la messe chrismale

Chers frères prêtres, vous comprenez aisément pourquoi en ce jour, je tiens à m’adresser spécialement à vous.

« Vous êtes ma joie et ma couronne » et pendant vint cinq ans, j’ai pu admirer et rendre grâce à Dieu, pour votre fidélité, votre persévérance et votre profond amour du peuple que Dieu, par son Église, vous a confié.

Prions pour tous les confrères, et plus spécialement pour ceux qui connaissent l’épreuve de la maladie ou d’une santé fragile. Prions aussi pour nos frères prêtres retirés à Nazareth.

Je tiens à vous faire part de mon émotion lorsque je pense au Grand séminaire du Puy, ce grand séminaire tout proche de notre cathédrale.

Avec leurs formateurs et leurs pères spirituels, des générations de séminaristes ont prié en ce lieu béni. Nombre d’entre vous ont vécu leur temps de préparation au sacerdoce au Grand séminaire fondé par monsieur Ollier, lui-même. Comme vous le savez, sous la chapelle du Grand séminaire, se trouvent des vestiges du IVème siècle, rappelant le souvenir de « l’Église de Dieu qui est au Puy ».

Prions avec ardeur pour les vocations sacerdotales, afin que ceux qui sont appelés par le Maître de la moisson, entendent Jésus leur dire « Tu es mon serviteur. En toi, je me glorifierai ». L’appel de Notre Seigneur passe souvent par de nouveaux chemins. A nous et au peuple chrétien de les découvrir et de favoriser, de diverses manières, la réponse à l’appel de Celui « qui est la puissance des nations ».

« Le devoir de cultiver les vocations revient à la communauté chrétienne tout entière qui s’en acquitte avant tout par une vie pleinement chrétienne. Ce sont principalement les familles et les paroisses qui doivent collaborer à cette tâche : les familles, animées par un esprit de foi, de charité et de piété, devenant une sorte de premier séminaire ; les paroisses offrant aux adolescents eux-mêmes une participation à la fécondité de leur vie. Les maîtres et tous ceux qui, d’une manière quelconque ont la responsabilité de la formation des enfants et des jeunes gens, les associations catholiques surtout auront le souci d’éduquer les adolescents qui leur sont confiés, de manière qu’ils puissent percevoir la vocation divine et y répondre de grand cœur. Tous les prêtres feront preuve du plus grand zèle apostolique pour cultiver les vocations, et ils attireront vers le sacerdoce les âmes des jeunes par leur vie personnelle humble, laborieuse, vécue d’un cœur joyeux, par des rapports mutuels empreints de charité sacerdotale ainsi que par une coopération fraternelle » [1].

Aujourd’hui, au cours de la messe chrismale, vous renouvellerez votre engagement sacerdotal. Je tiens à vous le dire : ce renouvellement me plonge dans une profonde action de grâce et fortifie mon espérance !

Selon le mode sacramentel, nous célébrons ce soir la Passion et la Résurrection du Sauveur du monde.

« L’Eucharistie est un grand soleil autour duquel tournent le monde et l’Église ». A chaque eucharistie, cette famille qu’est l’Église, offre le sacrifice même de la croix, le sacrifice « où la vie a souffert la mort et par sa mort nous rend la vie » [2]. Le deuxième concile du Vatican a donné un magnifique et important enseignement sur l’eucharistie. Cet enseignement n’est pas assez connu et commenté. Ecoutons le Concile nous dire que l’Eucharistie fait revivre le mystère pascal et qu’elle est le centre de la vie du prêtre et aussi la source, le centre et le sommet de la vie chrétienne. L’eucharistie nous incorpore aussi au Christ et nous fait participer à la vie glorieuse du Christ. Elle est source et communion avec la Très Sainte Trinité. Enfin, le dernier concile rappelle avec insistance que l’eucharistie est « source et sommet de l’évangélisation ».

Comme le souligne l’Évangile du jour, Jésus est le Missionnaire par excellence. En vertu d’une consécration unique, il a été « envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux prisonniers qu’ils sont libres et aux aveugles qu’ils verront la lumière, apporter aussi aux opprimés la libération ». C’est le même Christ qui s’offre au Père par nos mains consacrées et qui nous envoie pour être à notre tour les missionnaires de son amour sauveur.

Nous comprenons alors mieux pourquoi les grands renouveaux missionnaires dans l’Église sont toujours précédés par un temps de ferveur plus grande à l’égard du mystère eucharistique, comme si la célébration et l’adoration de la Sainte eucharistie, adoration sur laquelle le pape François insiste, nous aident à nous souvenir que « sans le Christ, nous ne pouvons rien faire ». En effet, l’Église se reçoit du Christ, par son Fils. Le Christ lui-même nous envoie aussi rassembler en son nom le peuple de Dieu autour de Celui « qui nous aime et nous as lavés de son Sang ». Le Sauveur du monde nous envoie également avec le peuple de Dieu, et jamais sans lui, apporter son salut « à la périphérie » selon la belle expression du pape François.

Demandons à la Vierge Marie de nous aider toujours plus à être de bons et fidèles serviteurs et avec le pape François, disons-lui :

Vierge et Mère Marie,
Toi qui, mue par l’Esprit, as accueilli le Verbe de la vie
Dans la profondeur de ta foi humble, totalement abandonnée à l’Eternel,
Aide-nous à dire notre « oui »
dans l’urgence, plus que jamais pressante,
de faire retentir la Bonne Nouvelle de Jésus. (..)
Obtiens-nous maintenant une nouvelle ardeur de ressuscités
pour porter à tous l’Évangile de la vie
qui triomphe de la mort.
Donne-nous la sainte audace de chercher de nouvelles voies
pour que parvienne à tous
Le don de la beauté qui ne se ternit pas. (..)
Étoile de la nouvelle évangélisation,
aide-nous à rayonner par le témoignage de la communion,
au service de la foi ardente et généreuse,
de la justice et de l’amour pour les pauvres,
pour que la joie de l’Évangile,
parvienne jusqu’aux confins de la terre et
qu’aucune périphérie ne soit privée de sa lumière.
Mère de l’Évangile vivant
Source de joie pour les petits,
prie pour nous » [3].
Amen. Alléluia !
+ Henri Brincard
Évêque du Puy-en-Velay


Notes

[1] Concile Vatican II

[2] Vexilla regis

[3] Pape François - La joie de l’Évangile


© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site