Accueil du site > Evénements > Il est ressuscité !

Il est ressuscité !

mardi 17 avril 2012

Les tapisseries de la Chaise-Dieu sont témoignage étonnant d’art et de foi. En ce temps de Pâques le père Jean-Théophane Oysellet nous présente la tapisserie de la Résurrection.

Voilà que le Christ Jésus sort vivant du tombeau vainqueur de la mort avec le sceptre de la victoire en main, insigne de l’autorité souveraine et rappel de la victoire acquise par le mystère de la Croix.

Le Christ a souffert pour nous. Les marques des clous dans les mains, le pied et la blessure du coté due au coup de lance sont là aussi pour provoquer notre amour, réponse tant attendue par Notre Seigneur qui n’a pas craint de donner sa vie pour nous sauver et nous réintroduire dans l’intimité du Père. Lui seul est capable de cela car il est vraiment homme et Dieu. Son manteau si richement décoré, de couleur pourpre volant au vent nous rappelle qu’il est le roi (symbolisé par le pourpre) de l’univers en étant au-delà de cet univers (c’est pourquoi son manteau est comme suspendu dans les airs).

Le Christ se tient debout très digne (n’est-ce pas là le propre du vivant ?) et Il bénit. Ce geste si beau de Celui qui aime tant sa création et sa créature qu’il veut que le premier geste posé au moment de sa Résurrection soit un geste de bénédiction. Oui le Christ n’est pas venu pour juger le monde mais pour que par lui le monde soit sauvé.

La garde est là, entourant le tombeau, et voilà que le Christ surprend les soldats par son mystère de résurrection. Apeurés, stupéfaits, désemparés, deux d’entre eux regardent le divin ressuscité se protégeant la face devant ce mystère de Lumière, tandis qu’un troisième est comme mort en référence au récit de Matthieu. Ces soldats sont un peu le vieil homme en nous qui conserve toujours une certaine peur : peur de son Dieu, peur devant l’inconnu d’une réalité qu’il ne peut maîtriser par sa seule raison humaine ; le Christ Ressuscité vient nous guérir de toutes nos peurs, Il bénit « paix aux hommes objets de sa complaisance ».

Il faut avoir dans son cœur ce désir d’aimer son Seigneur pour accueillir sa bénédiction, c’est ce que manifestent les Saintes Femmes lorsque de bon matin elles courent au tombeau. Tristes et désolées elles le sont, tenant à la main vases d’aromates et de parfums, car le tombeau est vide. Inutile désormais ce qui servait à l’embaumement, la mort est anéantie par la victoire du Christ. C’est ce que leur annoncent les deux anges : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ? Il n’est pas ici ; il est ressuscité ».

Ressuscité qu’est-ce à dire ? Marie-Madeleine ne comprend pas, ne voit pas, trop accablée par son chagrin, elle est là richement vêtue, à la hauteur de celle qui peut offrir une livre d’un parfum de nard pur de grand prix, face à un homme qu’elle prend pour le jardinier. S’instaure entre eux un dialogue, de celle qui cherche ‘celui que son cœur aime’ et de celui qui veut se faire reconnaître de Marie-Madeleine en l’aidant à dépasser son trop grand chagrin : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? ». Pour se dévoiler à Marie-Madeleine Jésus va la toucher droit au cœur en l’appelant par son nom « Marie ! » Il nous faut mettre dans ce dialogue toutes les nuances dans le timbre des voix, dans l’intensité des mots et des silences.

Le mystère de la Résurrection, il est là en Jésus vrai homme et vrai Dieu qui vient nous rejoindre dans nos peurs, notre désarroi, notre tristesse. Il vient tout proche de nous pour nous appeler par notre prénom, nous rassurer et nous révéler combien nous sommes uniques à ses yeux et combien aimés. Saurons-nous lui répondre à l’image de Marie- Madeleine « Rabbouni » ou comme Thomas « Mon Seigneur et mon Dieu » pour enfin dire en vérité à la suite de Pierre « Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime ».


Portfolio

Tapisseries de la Chaise-Dieu : La rencontre avec les saintes (...)


© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site