Accueil du site > Diocèse > Rencontres > La J.O.C. : c’est bon aussi pour les adultes

La J.O.C. : c’est bon aussi pour les adultes

vendredi 27 juin 2008

"Bonjour Isabelle, c’est avec une grande joie qu’au nom de l’équipe d’aumônerie nationale de la J.O.C. (Jeunesse Ouvrière Catholique), je viens te transmettre un appel…" signé Daniel Orieux, aumônier général de la J.O.C. C’est le début d’une lettre, d’une lettre toute simple mais qui va bousculer la vie d’Isabelle et de sa famille pendant quelques temps ! Animatrice Laïque en Pastorale pour l’Ensemble paroissial du Bassin-Minier et depuis 2002, accompagnatrice fédérale de la J.O.C., elle vient d’être appelée à rejoindre l’équipe d’aumônerie nationale de la J.O.C. pour trois ans. Elle a bien voulu répondre à nos questions…

En savoir plus sur la J.O.C.
Accès au site Internet de la J.O.C. : http://www.joc.asso.fr

En quelques mots, pouvez-vous vous présenter ?

J’ai 52 ans, je suis mariée, maman de quatre enfants et grand-mère de deux petits-enfants. Pendant longtemps, j’ai été assistante maternelle, ce qui me permettait d’être avec mes enfants et d’avoir en même temps quelques occupations bénévoles, comme le catéchisme et l’ACE, par exemple. C’est de là qu’est venu mon premier appel, pour être Animatrice Laïque en Pastorale en septembre 97. C’est le diocèse de Clermont-Ferrand qui m’a embauchée, en accord avec Monseigneur Brincard, puisque l’Ensemble paroissial du Bassin-Minier est situé sur les deux diocèses.

Quelle était votre mission ?

Cette première mission était pour la catéchèse et également pour un soutien à la Mission ouvrière dans le secteur. En 2002, la lettre de mission s’est transformée et on m’a confié l’accompagnement fédéral de la J.O.C. Val d’Allier. La J.O.C. est partagée en différentes fédérations, celle du Val d’Allier s’étend de Brioude à Issoire.
En J.O.C., ce sont toujours les jeunes qui sont responsables de la "fédé", à deux ou trois. Les adultes sont là pour les accompagner, d’où la mission "d’accompagnateur" qui m’était confiée. En début d’année, les jeunes décident de la conduite de la J.O.C sur leur fédération, en lien avec les orientations d’année du national. Ces orientations sont votées chaque année pour l’année suivante, lors de l’Assemblée Générale Nationale. L’année prochaine, la priorité sera « l’accès à la culture et aux loisirs », cette année c’était « Jeunesse montre tes visages »…

Concrètement, qu’est-ce qu’être accompagnatrice fédérale ?

C’est être attentif à ce que les jeunes tiennent les décisions prises en début d’année, pour que tout marche bien dans le mouvement, mais aussi pour que eux grandissent et qu’ils aident d’autres à grandir, humainement et spirituellement.
C’est veiller à ce que les accompagnateurs d’équipes aient un lieu de reprise, de formation.

Êtes-vous aidée dans cette mission ?

Oui, nous ne travaillons pas seul. Il y a des rencontres d’accompagnateurs fédéraux, des sessions de formation, des possibilités de reprise avec un accompagnateur national…
Mais être accompagnatrice, c’est aussi se préoccuper que d’autres jeunes rejoignent la J.O.C., et que des adultes soient prêts à proposer ou à accompagner, selon la demande. C’est ce qu’on appelle l’"éveil J.O.C." : des rencontres avec des adultes pour leur donner le goût du mouvement et pour qu’ils soient à même de le proposer à un jeune. En fait, l’"éveil J.O.C." est une proposition que j’ai mise en place sur le Puy dans le cadre d’une deuxième mission qui s’est rajoutée à la première en 2005 : accompagnatrice de liaison.

C’est un grade supplémentaire ?

Je n’aime pas beaucoup le terme de grade ! Je dirais plutôt que c’est un accompagnement régional, puisqu’on n’est plus sur une fédération, mais sur une région, en l’occurrence la région Rhône-Alpes Auvergne. Ceci dit, j’aime beaucoup ce terme de "liaison" : faire le lien entre les équipes fédérales de la région, entre les accompagnateurs fédéraux de la Région et l’équipe d’aumônerie nationale. Il y a 10 accompagnateurs fédéraux sur la Région, c’est moi qui prépare, qui anime, qui reprend… Cela me permet d’apporter cette vie des régions au national. Et puis, il y a tout un travail de recherche dans cette mission, par exemple : comment la J.O.C. arrive-t-elle à travailler avec la Pastorale des jeunes ? C’est passionnant… et c’est là qu’on m’a demandé d’être accompagnatrice nationale !

C’est encore le niveau au-dessus ?

Disons que c’est une autre façon de se mettre au service de la JOC. J’avais terminé mon mandat, je devais donc arrêter l’accompagnement fédéral et la liaison. J’aurais pu passer à tout autre chose, mais c’était sans compter sur cet appel !

Qu’est-ce ce que ça veut dire dans les faits "être à l’équipe d’aumônerie nationale" ?

Ça veut dire accompagner une équipe de révision de vie de permanents nationaux et régionaux, accompagner les permanents qui tournent sur le secteur Sud-Est. Il y en aura trois : Laurent, Cyril et Matthieu. C’est aussi accompagner tous les accompagnateurs fédéraux et les accompagnateurs de liaison qui sont sur ce secteur.
Ça veut dire aussi, travailler à la vie du mouvement avec l’équipe nationale.

Vous allez devoir travailler à Paris ?

Il y aura une semaine par mois à la capitale, plus une journée par mois, plus deux fois deux jours par trimestre. C’est un contrat qui est pour trois ans, à mi-temps.

Ça ne vous effraie pas trop ?

On m’a donné quelques conseils pour que tout se passe bien, par exemple il ne faut pas dépasser plus de 18 jours par mois hors de la maison. J’arrête donc tous mes engagements : l’équipe A.C.O, le club Fripounet, le C.C.F.D., l’escalade, Artisans du Monde… C’est une condition indispensable pour tenir le coup.

Quelle a été votre réaction quand vous avez reçu ce courrier ?

Sur le coup, j’ai dit : "Ils sont fous !". Mon mari, lui, m’a dit : "Il fallait t’y attendre ! "

Je suppose que votre mari est aussi engagé dans la décision ?

Oui, nous en avons beaucoup parlé à deux, mais la décision finale, c’est moi qui l’ai prise. J’ai mis un certain temps avant de répondre. Mon mari m’a dit : "Si tu te sens attirée par la J.OC., il faut y aller, ça te rendra heureuse." Mais je devais réfléchir car j’avais d’autres propositions. J’avais l’impression de me retrouver avec trois gâteaux devant moi. Dans les trois, il y avait des choses très bonnes, mais je ne pouvais en goûter qu’une seule… J’ai mis un mois pour prendre ma décision. Pendant une semaine, je n’ai eu que ça en tête. J’en ai parlé à plusieurs personnes : des laïcs, des prêtres et des religieux. J’en ai parlé aussi à mes enfants. J’ai d’ailleurs été touchée par la réponse d’un de mes fils : "Je ne peux que prier pour toi…". À force d’en parler, la réponse a pris corps en moi et j’ai pu choisir. Petit à petit, j’ai vu des gens prêts à faire le "boulot" là où je ne pourrai plus l’assumer, je me suis donc sentie rassurée. En même temps, j’ai eu l’impression de devoir lâcher prise. J’ai pris conscience qu’un appel n’était jamais isolé et pour soi tout seul : il peut aussi permettre à d’autres de se lever !

Est-ce que la J.O.C vous a beaucoup apporté ?

On dit souvent : « la JOC fait grandir les jeunes »…mais la JOC fait aussi grandir les adultes !! Pour ma part, l’accompagnement de la JOC m’a permis de faire grandir ma foi. Pendant ces 6 ans, l’habitude de la prière quotidienne s’est « imposée » petit à petit. Elle m’est devenue aujourd’hui, indispensable. De même que le fait de porter les jeunes et les adultes rencontrés pendant la semaine, à la messe dominicale. Et il y a cette conviction qui m’habite, de l’Amour de Dieu pour tous les hommes, et de ma responsabilité de baptisée à en témoigner, particulièrement auprès des jeunes. La JOC m’a aussi fait grandir humainement : cette écoute, cet a priori de bienveillance que tout accompagnateur JOC acquiert aide aussi dans toutes les relations, même si "A priori de bienveillance", ne veut pas dire non plus tout accepter sous prétexte que ce sont des jocistes, des jeunes. Nous sommes là aussi pour les faire avancer…et parfois pour les secouer !!!

Propos recueillis par Germaine Peyrache



© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site