La maison de Mambré

dimanche 8 janvier 2006

Depuis 1990, la Maison Mambré, dans la vieille ville du Puy, accueille des femmes en difficulté. En douze ans, ce sont déjà plus de mille femmes qui ont ainsi été reçues. Quatre religieuses, deux employés et une équipe de bénévoles animent cette maison.

L’accueil

Les femmes qui viennent frapper à la porte de la Maison de Mambré sont souvent confrontées à des problèmes de violence, d’alcool, de chômage certaines résident en France sans papiers… Certaines sont avec leurs enfants. Quand elles arrivent elles sont d’abord accueillies, le plus souvent à la cuisine. On ne commence pas par des démarches administratives mais par les écouter, les laisser s’expliquer et de répondre à leurs besoins du moment.

Reconstruire

Le projet de la maison est d’aider ces femmes à se reconstruire car elles arrivent souvent détruites. Pour cela il faut qu’elles puissent se valoriser elles-mêmes. Des collaborations ont été mises en place avec le Centre hospitalier spécialisé Sainte-Marie, avec une esthéticienne (la reconstruction est aussi extérieure). Surtout les animatrices de la maison essaient de prendre le temps de l’écoute. Souvent des blessures anciennes refont surface : incestes, violence familiale…
Le suivi médical et les démarches administratives se font à l’extérieur de la maison mais ces actions sont menées en lien avec les travailleurs sociaux. Des animations sont proposées sur les droits des femmes, la régulation des naissances (avec un médecin), sur la manière d’acheter…Une aide à l’insertion est menée : recherche de logement, de mobilier… Les personnes restent entre trois et six mois.
Les femmes accueillies se voient confier des responsabilités dans les domaines qu’elles aiment (cuisine, couture…). La vie en commun fait partie intégrale du projet de la Maison : elle facilite les confidences, le développement d’une solidarité mutuelle. Pour y parvenir, une véritable convivialité est recherchée. La présence d’une communauté de religieuses de Saint-Charles y contribue notablement.

Une Maison voulue par les Sœurs de Saint-Charles

Le choix d’ouvrir la Maison de Mambré a été fait par la congrégation : un tel projet correspond en effet à la vocation des religieuses de Saint-Charles d’accueil des femmes en difficultés et de proximité avec les familles.
Quatre religieuses vivent vingt-quatre heures sur vingt-quatre avec les femmes accueillies ; Deux ont plus de quatre-vingts ans et jouent un peu le rôle de mamy ! La présence stable des religieuses accentue l’aspect familial de la Maison de Mambré.
Le nom de Mambré évoque la rencontre d’Abraham avec les trois visiteurs sous le chêne de Mambré. Cette préfiguration de la Trinité dans l’Ancien Testament dit ce que veut être la Maison de Mambré : un lieu de communion et d’amour.




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site