Accueil du site > Albums photos > Le Jubilé des prêtres de la Province

Le Jubilé des prêtres de la Province

mercredi 25 mai 2016, par P.B.Planche

le 24 mai, les prêtres de la province d’Auvergne étaient invités à vivre la démarche du Jubilé de Notre-Dame du Puy.

Ils étaient une centaine à avoir pu se libérer et à venir vivre au Puy-en-Velay le Jubilé avec leurs évêques : Mgr Grua (Saint-Flour), Mgr Percerou (Moulins), Mgr Crepy (Le Puy-en-Velay), la délégation du Puy-de-Dôme étant, quant à elle, conduite par l’administrateur diocésain, le P. Lochet, en l’attente de la nomination du nouvel évêque.

Mgr Jacques Perrier, évêque émérite de Tarbes-et-Lourdes, avait été invité à proposer une méditation sure le thème de la miséricorde aux participants réunis, pour l’occasion, dans la salle des séances du Conseil départemental.
Il a commencé par invité les chrétiens à avoir de la mémoire : la miséricorde n’est pas un thème nouveau dans l’Église. Pour preuve il a rappelé les enseignements et les actes posés en ce sens par les derniers souverains pontifes sur cette question. Il rappelait aussi le livre du cardinal Kasper, repris par le Pape François : le nom de Dieu est miséricorde. On ne peut, disait-il, nommer Dieu en parlant seulement de l’Être comme le font les philosophes du XVIII° siècle, mais il se définit aussi par la miséricorde.
Il a proposé un développement sur la dimension trinitaire de la miséricorde s’appuyant, entre autre sur la liturgie, en particulier l’oraison de la messe votive de la miséricorde et sur celle du dimanche de la miséricorde : "Seigneur Dieu, ta miséricorde est sans mesure, et le trésor de ta bonté, inépuisable ; dans ta bienveillance, augmente la foi du peuple qui t’est consacré, afin que tous comprennent vraiment quel amour les a créés, quel sang les a rachetés et quel Esprit les a fait renaître."
Mgr Perrier a ensuite traité des œuvres de miséricorde, tant corporelles que spirituelles, pour montrer combien elles sont concrètes et qu’elles engagent la vie même de l’Église te des ses ministres : "nous pouvons tout faire, mais nous sommes garants que tout ce qui doit être fait le soit".
Enfin, la médiation se terminait à partir d’un autre mot, presque synonyme de miséricorde : bienveillance. Mgr Perrier s’attardait sur le fait qu’en français il y a une ambivalence du mot bienveillance cela peut aussi bien dire voire le bien que vouloir le bien (ce qui est d’ailleurs son étymologie). Cette ambivalence en fait toute la richesse et dit bien ce qu’est la miséricorde.

A l’issue de cette méditation, forte enlevée, les prêtres invités à faire la démarche du Jubilé du Puy : en partant de l’ancienne chapelle de l’Hôpital du Puy (dédiée à saint Alexis) où ils ont médités sur l’Incarnation et l’Annonciation, ils sont monté par les ruelles de la vieille ville vers le baptistère où ils ont fait mémoire de leur baptême. Après être entrés dans la cathédrale du Puy par la porte de la miséricorde, ils ont été invités à méditer le don de l’Eucharistie, puis sur la Passion, la mort et la résurrection du Christ. Su la Pierre des Fièvres, où la Vierge serait apparue au 5ème siècle, ils ont peu prié pour tous ceux qui souffrent.

Cette démarche s’est conclue par la concélébration de l’Eucharistie, présidée par Mgr Perrier puis par des agapes fraternelles et conviviales à l’évêché du Puy.


Portfolio



© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site