Accueil du site > Diocèse > Mouvements > Solidarité > Le Secours catholique : Bilan 2012-2013

Le Secours catholique : Bilan 2012-2013

vendredi 15 novembre 2013, par P.B.Planche

Alors que se célèbre la journée nationale du Secours Catholique le 17 novembre 2013, les responsable de l’association en Haute-Loire font le bilan de leur action.

Voir le bilan des activités 2012-2013 en PDF

Panorama général

Le Secours Catholique vit essentiellement du la générosité publique et de bénévolat. Il met en œuvre des actions de solidarité concrètes entre tous et interpelle les institutions sur les situations de pauvreté et d’exclusion. Il exerce sa mission en France à travers 4000 équipes locales composées de 60 000 bénévoles. Au niveau international, le Secours Catholique, membre de la Caritas internationale, finance des projets réalisés par ses partenaires locaux.

En Haute-Loire

Le Secours Catholique est animé par une délégation départementale composée de :

  • un bureau bénévole : Viviane Garde (présidente), Pierre Boit (vice-président), Marie Subirana (Trésorière), P. Marc Roux (Aumônier).
  • Une équipe de salariés : Alain Guérin-Boutaud (Délégué), Agnès Borel (Secrétaire, Comptable), Véronique Leray (Animatrice).

310 bénévoles composent les 16 équipes locales.

État des lieux

Pendant l’année 2012, les équipes du Secours Catholique de Haute-Loire ont rencontré près de 1 200 personnes. il ressort de ces rencontres que la pauvreté continue de s’étendre dans le département. Elle concerne un plus grand nombre de couples avec enfants. La situation des familles monoparentales restent dramatiquement stable : 31,5% d’entre elles vivent dans la pauvreté.

Le chômage poursuit sa course : les trois quarts des personnes vivant sous le seuil de pauvreté sont au chômage. Le marché de l’emploi est de plus en plus fermé aux plus fragiles. Parmi les personnes accueillies par le Secours Catholique, une personne sur cinq dispose d’un emploi, dont pres du tiers à temps partiel. 70% des personnes au chômage rencontrées ne perçoivent aucune indemnité, et les jeunes sont particulièrement frappé : 77% des jeunes chomeurs accueillis ne sont pas indemnisés.

Les personnes âgées représentent 19,4% des pauvres en Haute-Loire et les jeunes de moins de 20 ans 29,3%.

La précarité tient lieu de mode de vie : le taux de pauvreté altiligérien est légèrement supérieur à la moyenne nationale (14,3% en Haute-Loire), surtout en zone rurale.

Les activités des équipes

Elles assurent une présence de proximité sur le terrain : 12 d’entre elles assurent une permanence où l’écoute est primordiale.

Plusieurs équipes font des visites à domicile, ce qui représente une occasion d’apporter une aide dans les démarches administratives, un soutien moral et une remise en lien avec les acteurs sociaux et économiques du territoire.

Une aide financière est fournie en collaboration avec les travailleurs sociaux du département. La grande majorité de ces aides concerne le logement (loyer, énergie). La précarité énergétique augmente d’année en année. 8 à 10 dossiers sontraités chaque quinzaine pour des aides allant de 150 à 450 €.

Pour ceux qui n’ont pas accès au crédit bancaire, des micro crédits sont alloués pour de sommes allant de 500 € à 3000 €. Il s’agit le plus souvent de risques d’impayés ou de formation au Permis de conduire. Ces prêts, portés par le Crédit Agricole et le Secours catholique sont aux taux de 2 à 3 %.

Les autres activités "classiques" continues : accueil de vacances, accueil des personnes en détresse, accompagnement scolaire, vesti-boutiques...

5 chantiers

Le Secours Catholique de Haute-Loire s’est fixé cinq chantiers :
- L’accompagnement aux demandeurs d’emploi
- valoriser le soutien aux familles
- se mobiliser pour les territoires ruraux
- valoriser la richesse spirituelle des plus pauvres et renforcer la collaborations avec les paroisses et les associations d’Église
- Dynamiser l’éveil à la solidarité internationale.




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site