Accueil du site > Vie chrétienne > Jeunes > Les enfants sur la brèche

Saint-Just-Malmont

Les enfants sur la brèche

mardi 29 mars 2011, par B.P.

Les paroisses de Saint-Just-Malmont et Saint-Victor-Malescours ont le souci des plus jeunes. Pour preuve, deux initiatives : « Les Kilomètres-soleil » et « Les Compagnons d’Emmaüs ».

Migrant, mon ami

Une trentaine d’enfants, accompagnés d’adultes catéchistes, membres du Secours catholique, parents, ont vécu à Saint-Just-Malmont, le premier mercredi des vacances d’hiver, une journée découverte, partage, solidarité. En lien avec l’actualité, de notre monde, ils ont découvert une réalité inscrite depuis toujours dans notre histoire : la migration. Le slogan « Migrant, mon ami, raconte-moi », voulait faire découvrir des histoires de vie complexes, mais porteuses de richesse. Dans un premier temps, un diaporama a présenté les projets soutenus par les organismes des Kms-Soleil : en Égypte, au Soudan, en Afrique du Sud et en France. Tous concernaient des populations déplacées ou immigrées : animation de camps et d’activités, entretien d’écoles et achat de matériel scolaire, mise en place de moyens pour lutter contre la xénophobie.

À l’aide d’un jeu

« Raconte-moi... », les enfants ont ensuite découvert des récits de vie de migrants, à l’aide de cartes évoquant diverses situations. Celle par exemple, d’Anselme, enfant de République Démocratique du Congo : ses parents sont commerçants. Dans le conflit qui ensanglante la région, son père est tué, le magasin détruit. Il s’enfuit avec sa mère ; ils seront accueillis par des religieuses, puis passent la frontière, de nuit. « Depuis 4 ans, dit-il, je vis dans un camp de réfugiés. Comment sera notre nouvelle vie ? »

Ateliers et réflexion

Ateliers de bricolage : confection d’objets, collage, peinture, cuisine... mais aussi réflexion : il s’agissait de découvrir, en lien avec la Bible, que la migration est une véritable aventure. On part sans savoir, souvent, où on va, comme Abraham ; les obstacles ne manquent pas sur la route ; heureusement, au milieu des épreuves, des gens apportent aide et réconfort, et au bout de la route, la qualité de l’accueil est déterminante.

Dans l’Évangile

Les enfants ont découvert comment Jésus accueillait ceux qui étaient différents de lui, telle l’étrangère de Samarie. La prière du Notre Père, dite tous ensemble, nous a rappelé que Dieu veut les hommes et les femmes de la terre frères et sœurs les uns des autres. Avant de déguster le bon goûter préparé en atelier cuisine, ceux qui le voulaient ont pu faire un geste de partage, pris sur leur tirelire. Une belle journée de solidarité et d’ouverture sur l’autre. Merci à ceux et celles qui ont contribué à son bon déroulement.

Caté en famille

Ils sont 20 enfants à se préparer à communier. Cette année, petite innovation, la préparation se fait en équipe de catéchisme, mais aussi en famille. De même d’ailleurs que le catéchisme habituel : il y a un caté-famille, un mercredi par mois. Les parents sont bien en effet les premiers responsables de l’éveil à la foi de leurs enfants. En demandant le baptême pour eux, ils se sont engagés à leur donner la possibilité de connaître Jésus-Christ et sa Bonne Nouvelle, en lien avec la communauté chrétienne locale.

Compagnon d’Emmaüs

Cette année en plus, en lien avec le nouveau parcours « Nathanaël » il a été proposé aux enfants de demander à un adulte d’être son « compagnon d’Emmaüs ». Allusion à l’Évangile où Jésus ressuscité rejoint, sur le chemin qui les ramenait chez eux vers Emmaüs, deux hommes découragés après sa mort. Jésus chemine avec eux, leur explique ce qui avait été annoncé de lui, jusqu’ au moment où les deux hommes le reconnaissent quand il partage le pain. Jésus c’était leur « compagnon ». Le rôle de l’adulte choisi par l’enfant sera de « marcher » avec lui au long de sa préparation, l’accompagner pour les célébrations, reprendre ce qu’il découvre, répondre à ses questions éventuellement, être auprès de lui un témoin, un « ainé dans la foi ». À côté des parents, ce « compagnon » fera comprendre à l’enfant que sa communion ne le concerne pas lui tout seul ou lui seulement, mais que la communauté chrétienne tout entière est heureuse de le voir partager avec elle le Corps du Christ, en espérant qu’il y prendra sa place.

JS


Portfolio



© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site