Accueil du site > Vie chrétienne > Art et Culture > A lire > Lettre ouverte à ceux qui veulent changer l’école

Lettre ouverte à ceux qui veulent changer l’école

vendredi 30 novembre 2007


730 000 jeunes sortent chaque année du système scolaire, 150 000 sont sans qualification, 150 000 ont un diplôme inférieur au niveau du Baccalauréat, le gâchis est immense ! Il est temps que l’ensemble des ci-toyens de notre pays s’approprie ce débat sur l’avenir de l’école.

Voici les constats accablants qui engendrent une réflexion, parole libre sans langue de bois, enracinée dans une expérience quotidienne auprès d’enfants et d’adolescents en difficultés : la réflexion de Jean-Marie PETIT-CLERC, prêtre, polytechnicien, éducateur, spécialiste de l’action sociale dans les banlieues lyon-naise et parisienne aujourd’hui chargé de mission au cabinet de Christine BOUTIN, ministre du logement et de la ville.

Quelques urgences

Première urgence : Recréer les conditions d’une véritable alliance éducative entre les équi-pes enseignantes et les familles.

Créer un dialogue famille-école-cité pour éviter, comme c’est actuellement le cas, que chacun se défausse sur les deux autres. De cette alliance dépend une large part de la réussite de l’enfant.

Deuxième urgence : repenser le collège unique qualifié ici d’ « inique », pour créer un collège à géométrie variable capable de mettre en œuvre des pédagogies différenciées.

Le collège doit devenir le lieu de passage des rêves aux pro-jets. Tel est l’enjeu principal du travail d’orientation. Deux écueils sont à éviter pour le jeune : se replier sur le monde des rêves ou prendre la voie de la rébellion contre cette société qui ne permet pas la réalisation de ses rêves.

La rue devient sinon une tentation

D’espace interstitiel, elle devient véritable espace référentiel, lieu de construction de l’identité culturelle du jeune, lieu de transmission.

Voilà pourquoi J.M. Petitclerc mène un combat pour la réforme de la carte scolaire afin de rendre possible la mobilité des élèves.

L’Ecole doit articuler deux idées forces : « sécuriser » le jeune et le « responsabiliser », c’est-à-dire qu’elle doit aussi courir le risque de la Confiance envers ce jeune.

Des pistes

Pour ce faire, l’auteur propose différentes pistes suggérant que le succès d’une vraie réforme passera moins par le dé-ploiement de moyens que par la formation humaine et pédagogi-que des enseignants.

Eduquer à la citoyenneté, à la non-violence et à la paix. On peut lire « il faut arrêter de faire semblant d’éduquer nos enfants alors qu’on abandonne leur jeune intelligence au pouvoir destructeur de médias indigents ; faire semblant de construire une vraie politique d’éducation … » (Bentolila). Le ton de l’ouvrage est donné…

Rétablir l’autorité, c’est-à-dire une relation qui aide le jeune à devenir acteur de sa vie.

Relever le défi du « vivre ensemble » dont l’apprentissage constitue sans aucun doute une des missions prioritaires de l’Ecole.

Être porteur d’Espérance pour ouvrir un avenir. La plus grande source du mal-être de la jeunesse réside principalement dans le regard négatif que les adultes portent sur demain ! Ce climat de pessimisme engendre une crise de confiance en l’avenir.

Or il ne faut pas oublier qu’on éduque toujours aujourd’hui pour demain.

« Un arbre qu’on abat fait beaucoup plus de bruit qu’une forêt qui pousse ». C’est par ce joli proverbe africain que J.M. Petitclerc termine son propos, nous invitant à ouvrir la jeunesse à la beauté de la germination.

Enfin, une dizaine de pages intitulées « SOS urgence » concluent l’ouvrage qui invite à « un peu de courage ! ».

Un peu plus de 150 pages d’un discours fort qui invite à la réflexion… et au respect quand on sait qui est l’homme de terrain qui parle ici. Une réflexion dépassant tout propos partisan, fondée sur l’unique volonté de sauver les jeunes en difficultés. Des propos accessibles à tous, porteurs d’Espérance et vraiment très rafraîchissants. Une vraie invitation à agir ! Un ouvrage à offrir ou à s’offrir, à mettre entre toutes les mains.

« Lettre ouverte à ceux qui veulent changer l’école »
Editions Bayard – 15 € - Août 2007 - 170 pages environ



© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site