Accueil du site > Vie chrétienne > Diaconia > Maurice, ancien SDF pose son sac à dos

Maurice, ancien SDF pose son sac à dos

jeudi 12 mars 2015, par B.P.

Il a sympathisé avec Antoine, membre du Local des routards d’Yssingeaux. témoignage

Antoine est très proche des routards. Les hivers, je restais trois semaines au local, et il me disait : « tu t’en vas déjà ? ! ». Je venais pour boire un café et ça s’arrêtait là. Puis au fil du temps il s’est créé des liens et je suis devenu bénévole. On rame dans le même sens, on a été aidé et on aide les autres, je trouve ça normal.
Le travail du « Tremplin » a été énorme. D’abord, j’ai été en appartement, tout meublé, c’est clean, c’est une marque de confiance. Après on m’a fourni un petit pécule toutes les semaines, parce que je n’avais pas de revenu, pour subsister le temps que le RSA tombe. On m’a laissé faire toutes les démarches avec un petit appui du « Tremplin » pour m’aiguiller dans l’administratif, mais ils ne m’ont pas imposé tel jour, tel endroit ou il faut faire ci ou ça. J’ai commencé à percevoir en août, deux mois d’un coup, ce qui m’a permis d’avoir de l’argent de côté.
J’avais déjà essayé de m’arrêter dans un appartement mais ça n’avait pas marché : le fait de ne pas avoir de relations, de se retrouver entre quatre murs ; quand on fait la route on est libre comme l’air. Je me suis donc créé un réseau de relations ici, c’était à moi à me faire aux gens, à leur façon de faire et de vivre, parce qu’il y a une culture locale. Je ne pensais pas trouver un logement si agréable : c’est une petite maison, le jardin est en face et je suis tombé sur des propriétaires charmants. Des fois quand j’arrive, je trouve des légumes sur le bord de la fenêtre.
Dans l’équipe je donne aussi bien des coups de main pour le mobilier que pour trier la vaisselle, il faut être polyvalent.
Financièrement, je me débrouille. J’ai envie de retravailler mais je n’ai pas de permis de conduire, alors on m’a dit « si au mois de janvier vous n’avez toujours pas de boulot, faites faire des devis dans les auto-écoles, apportez-les et on vous fera passer le permis de conduire ». Je pourrais me dire : à quoi bon chercher du travail actuellement si on peut me payer le permis au mois de janvier ; c’est un peu vicieux comme système.
Il y a du positif dans l’affaire parce que j’ai appris à me contenter de peu. Quand j’étais jeune je voulais prendre la vie par les deux bouts, ça m’a appris la patience ; sans précipiter les choses, ça va tout seul...

Maurice




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site