Notre-Dame de la Brequeuille

Mazerat-Aurouze

vendredi 12 juillet 2013, par Simon Gauer

Le village de Brequeuille, de la commune de Mazerat-Aurouze, sur les anciennes terres du Seigneur de Flaghac, abrite une chapelle où se trouve une Vierge encore très priée aujourd’hui.

Un carrefour

Il était le carrefour de deux routes importantes : le « Chemin des pères », qui était celle qu’empruntaient les bénédictins voyageant de la Chaise-Dieu à Chanteuges, leur « résidence secondaire » ; ainsi que la route reliant Brioude au Puy avant le XVIIIe siècle, qui était une grande voix commerciale. La Brequeuille était alors le dernier village auvergnat traversé par cette route.

Pendant longtemps, ce fut également lieu de passage des pèlerins d Puy et de Saint-Jacques, on y trouve d’ailleurs un grand centre d’accueil de pèlerins créé en 1148. Quelques temps plus tard, on construisait une chapelle en même temps qu’un relais-centre de soins corporels.

Notre-Dame

C’est dans cette chapelle que l’on honorait la Vierge-Marie : la statue primitive en bois étati une copie de la statue de Notre-Dame du Puy. Depuis, une copie de cette statue a vue le jour, mais elle a été « naturalisée auvergnate ».

La Vierge est debout avec le corps légèrement incliné vers la droite, la tête couverte d’un grand voile. Dans sa mains droite, elle tient un livre et dans la gauche, son Enfant. Avec sa noblesse et son sourire esquissé, elle semble distante, alors que son enfant, bien en chair, semble plus familier.

Cet enfant, qui se tient au voile de sa mère, joue, de la main gauche, avec un oiseau aux ailes déployées.

Aujourd’hui

Chaque année, le deuxième dimanche de septembre, un pèlerinage a lieu sur place. La journée commence par la bénédiction du raisin à la chapelle de Brequeuille d’où part une procession qui traverse le village pour aller jusqu’à la croix pour une prière. Là, geste unique, chaque pèlerin passe sous la statue de la Vierge afin d’obtenir sa protection.

Ensuite, la procession repart pour la chapelle où a lieu la messe. Sur le chemin, le pain cuit au feu de bois est béni. Après la messe, le raisin est vendu et les bénéfices servent à l’entretien de la chapelle, et un repas a lieu.




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site