Notre-Dame des Grâces

Salzuit

vendredi 12 juillet 2013, par Simon Gauer

Sur le bord de la Nationale 102, se trouve une petite chapelle, abritait par de hauts arbres. A l’intérieur de cette chapelle, on trouve deux statues de la Vierge. La première est une Vierge de Pitié du XVe c’est elle qui, aujourd’hui, est la plus connue.

Présentation

On y trouve aussi une « Vierge à ‘oiseau » bien plus ancienne, c’est elle que les pèlerins sont venus voir durant des siècles. La Vierge se tient debout, l’Enfant dans son bras gauche. Elle a un visage très expressif et son drapé reflète la mode de Charles VIII. L’enfant, tient un oiseau dans sa main droite.

Très vite, des pèlerinages se sont mis en place. Et les gens des environs qui passaient par là s’arrêtaient volontiers.

Il n’y a pas si longtemps, encore deux pèlerinages avaient lieu chaque année : le 15 août et à la Pentecôte.

Pendant longtemps, le 15 août donnait lieu à un bal populaire devant la chapelle jusqu’à ce que l’abbesse de Lavaudieu, monastère dont dépendait la chapelle, ne les condamnât.

Légendes

On raconte à ce propos qu’une fois, une vieille fille du Puy qui venait s’approvisionner en marchandise dans ces environs, demanda à son âne de dire « bonjour à la dame », ce qu’il s’empressa de faire.

On ne sait pas trop d’où vient la statue, une légende donne sa version : dans les bas des environs, trois fées vivaient ainsi qu’un monstre attaquant et tuant quiconque s’approchait de la forêt. Mais les fées le prirent un jour au piège, ce qui permit aux habitants de le tuer. Les fées disparurent mais l’on trouva trois statue de la vierge : une sous un noyer à Chassagnes, une dans un chêne à Paulhaguet et une dans un peuplier à Salzuit. Les Paulhaguétois étant les plus riches, ils emmenèrent les trois statues à Paulhaguet. A partir de ce moment l’histoire devient vraisemblable.

Les trois Vierges sont donc placées dans une chapelle à Paulhaguet, cependant, deux d’entre elles vont rapidement rejoindre leur emplacement initial. Notre-Dame des Grâces s’en retourne à Salzuit et Notre-Dame du Bon-Secours, ou la « Niudziruna », prend place à Chassagnes. Quelques temps plus tard, la troisième est placée sur la façade de l’hôpital de Paulhaguet.




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site