Accueil du site > Diocèse > In memoriam > Père Aimé Chambon

Père Aimé Chambon

prêtre diocésain (1924-2017)

mardi 10 octobre 2017, par AG

Obsèques du Père Aimé Chambon : Champclause le 13 octobre 2017 Homélie par le Père Michel Orfeuvre

Textes : 1 Cor 15,1-5.11 et Luc 24, 13-35.

J’ai découvert le Père Aimé Chambon lorsqu’il est arrivé au Puy, comme curé du Collège. J’ai trouvé en lui un pasteur à l’écoute des gens et des prêtres, un curé qui savait former et soutenir une équipe de prêtres, organiser une paroisse et stimuler les laïcs dans leur propre mission.

A partir des lectures que nous venons d’entendre, je voudrais seulement insister sur deux piliers sur lesquels il fondait toute son action : la Parole de Dieu et l’Eucharistie.

Quand il est arrivé au Collège au Puy, des paroissiens sont venus l’aider à déménager car la rue Sarrecrochet était bien trop étroite pour que le camion arrive près de la porte du presbytère. Tous ont été étonnés par le nombre de cartons très lourds, remplis de livres. Beaucoup portaient la mention : Bible.

Pendant ses douze années passées au Chambon-sur-Lignon, il avait rencontré de nombreux pasteurs protestants et appris d’eux, au cours de rencontres œcuméniques, le goût de travailler en profondeur la Parole de Dieu. Comme responsable de l’œcuménisme dans le diocèse pendant de nombreuses années, on peut dire qu’il a accompli un long chemin d’Emmaüs.

Au soir de Pâques, sur le chemin d’Emmaüs, nous découvrons deux disciples complétement abasourdis par ce qui est arrivé à Jésus. Un inconnu les rejoint et les questionne. « Nous espérions… » C’est-à-dire nous avons complétement perdu toute espérance. Ils racontent ce qu’ils savent : les femmes au tombeau… le tombeau vide… Alors l’inconnu leur explique dans l’Ecriture tout ce qui le concernait… Ils l’invitent et c’est seulement au moment où il prend le pain, le rompt et le bénit qu’ils le reconnaissent.

Saint Luc note leur réaction : « Notre cœur n’était-il pas tout brûlant en nous tandis qu’il nous parlait sur la route et nous faisait comprendre les Ecritures ? » Luc nous laisse le soin de chercher nous-mêmes quels textes il a pu commenter : sans doute le serviteur souffrant d’Isaïe, la profession de foi de Job et bien d’autres…

Le Père Chambon a passé beaucoup de temps à se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu et à essayer d’en faire goûter la profondeur et la beauté. Son cœur à lui aussi était tout brûlant, c’est-à-dire dilaté par le message d’amour de notre Dieu.

A l’exemple de Jésus avec ses disciples au soir de Pâques, la Parole ne trouvait sa plénitude que dans la célébration de l’Eucharistie. Il voulait des célébrations joyeuses et bien préparées. Nous passions une petite heure avant le déjeuner à préparer la liturgie du dimanche.

Prêtre, il a été l’homme de l’Eucharistie, s’effaçant totalement derrière la personne du Christ mort et ressuscité. Dans l’Eucharistie, c’est le Christ qui se donne et renouvelle jusqu’à la fin des temps, le don d’amour de lui-même qu’il a fait sur la croix.

En nous interrogeant nous-mêmes sur notre manière de fonder notre foi, nous pouvons écouter encore une fois St Paul aux Corinthiens. Je vous invite à recevoir ce texte comme s’il venait de la bouche de notre ami Aimé Chambon et à l’accueillir comme son ultime testament (lecture de Corinthiens 15)




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site