Accueil du site > Diocèse > Mouvements > Solidarité > Pour une spiritualité active

Société Saint-Vincent-de-Paul

Pour une spiritualité active

jeudi 5 novembre 2009

Ce mercredi 4 novembre, le cœur de la Société de Saint-Vincent-de-Paul d’Auvergne battait au Puy. Les équipes (qui prennent le nom de conférences) d’Auvergne se retrouvaient, en effet dans la capitale Vellave pour rencontrer leur président nationale Bruno Dardelet.

Une bande de copains

Au départ, explique M. Dardelet, il y a 176 ans, Frédéric Ozanam, qui sera béatifié, se retrouve à Paris, avec des copains pour défendre l’Eglise qui fait, déjà à l’époque, l’objet d’attaques nombreuses. Ils fondent une conférence de Charité pour réfléchir ensemble sur la spiritualité et la foi.

Ils rencontrent une religieuse, Sœur Rosalie Rendu, qui fait partie des sœurs de la Charité de Saint Vincent-De-Paul et qui s’occupe tout spécialement des familles pauvres du Quartier Mouffetard. Elle les invite à « mettre la main dans le cambouis » et les embauche pour rendre visite à ces familles. Ainsi naît la Société Saint-Vincent-de-Paul.

JPEG - 30.8 ko
E. Kaeppelin et B. Dardelet

Aujourd’hui, 170 000 personnes en France participent à cette Société dans 90 départements et se retrouvent dans un millier de conférences, qui sont fédérées au niveau national. La Société de Saint-Vincent-de-Paul se définit comme un mouvement de spiritualité qui veut unir la prière et la charité de proximité, c’est-à-dire l’aide aux plus pauvres.

Se recentrer sur l’essentiel et s’unir

« Il y a actuellement en France près de 200 types d’action menées par les membres de la Société Saint-Vincent-de-Paul, explique Bruno Dardelet. C’est bien sûr une richesse, mais aussi un risque de dispersion qui pourrait nous fait perdre de vue ce qui nous unit. Avec l’équipe nationale, nous parcourons la France pour rencontrer les équipes et expliquer les projets que nous portons pour la Société.

Nous essayons de rééquilibrer l’aspect spirituel parfois un peu oublié au profit du caritatif. Nous ne sommes pas que des distributeurs de colis alimentaires, mais chaque membre de la Société doit essayer de progresser aussi dans sa vie spirituelle. C’est ce qui nous distingue d’autres mouvements caritatifs qui font déjà un excellent travail. »

Bruno Dardelet ne manque pas de projet ni d’ambition : « Nous voudrions aussi développer les conférences avec l’opération « 1+1 » : chaque conférence doit essayer d’en fonder une autre. Nous essayons pour cela de mener des actions auprès des jeunes auxquels la spiritualité n’est pas indifférente et à qui l’action dit quelque chose.  » En Auvergne, M. Dardelet constate qu’il y a de l’enthousiasme, mais que les choses ne sont pas faciles, « on rame un peu m’ont dit les équipiers ». On attend de la fédération qu’elle accompagne et qu’elle réveille. Le président national s’y engage.

Lutter contre la solitude

« Nous avons constaté que, a expliqué Bruno Dardelet, dans leur diversités, les actions des conférences, se retrouvent, pour la plupart, sur le thème de la lutte contre la solitude. Ce peut être celle des enfants de 16 h (ceux qui se retrouvent seuls au sortir de la classe jusqu’à l’arrivée des parents en début de soirée), celle des femmes ou des hommes qui élèvent seuls leurs enfants, celle de personnes âges, qui ne manque pas forcément de moyens, mais n’ont personne à qui parler. Cette solitude ne touche pas que les personnes âgées : à Paris, un appartement sur 2 n’est occupé que par une personne. Et ce n’est pas un phénomène urbain : les plus grand nombre des gens de plus de 50 ans qui se suicident sont dans le milieux paysan… »

En Haute-Loire

La présidente de la Société Saint-Vincent-de-Paul pour la Haute-Loire Mme Elisabeth Kaeppelin, a donné quelques informations sur la vie de la Société dans le département. Il y a six conférences (Langeac, Retournac, Bas-Beauzac et trois au Puy : Saint-Laurent, Le Collège et Les Carmes). Au total, cela représente 65 personnes.

Les activités se concentrent autour de la visite à domicile, de la distribution de colis alimentaires et du soutien aux personnes en difficulté (rencontre, discussion, aide administrative ou matérielle…) Les familles que nous aidons sont de plus en plus jeunes et il s’agit souvent de familles mono parentales, et les parents isolés sont aussi bien des hommes que des femmes.

La présidente départementale tirait également un premier bilan de cette rencontre régionale : « Il était très intéressant d’avoir le président national avec nous : cela nous remet en marche et fait sortir du ronron dans lequel nous pouvons nous enfermer. C’est vraiment motivant. Les échanges ont été stimulants ».

JPEG - 45.2 ko
Rencontre régionale de la Société Saint-Vincent-de-Paul le 4 nov. 2009



© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site