Accueil du site > Evénements > Procession et messes des Rogations (fruits de la terre)

Procession et messes des Rogations (fruits de la terre)

mardi 23 mai 2017, par HV

Trois paroisses du diocèse proposent ces jours-ci une célébration des rogations : Saint-Laurent (à la chapelle du Collet à Polignac), Brioude (à Chaniat) et Tence.

La procession à Polignac a lieu mardi 23 mai à 17h00, la messe à Chaniat le mercredi 24 mai à 19h00 et à Tence dimanche 28 mai à 10h30.

En quoi consistent ces rogations ?

Les rogations ont été institués semble-t-il, pour la première fois, en 470 par saint Mamert, alors évêque de Vienne (Isère), à la suite d’une série de calamités naturelles. Comme souvent, il s’agit d’une christianisation de rites gallo-romains pour la fertilité des terres. En 511, le concile d’Orléans les étend à toute la Gaule. Le pape Léon III les aurait introduites à Rome, où, vers 800, elles s’imposent à toute la chrétienté.

Ces rogations ont longtemps été un moment clé de la vie rurale : « Tout au long du parcours, le prêtre jette de l’eau bénite dans les parcelles et y dépose de petites pierres sur lesquelles ont été dessinées des croix de cire, des “bouses du curé” comme le langage populaire les nomme », raconte Christophe Lefébure (La France des croyances et des superstitions, Flammarion, 2004).

En 1969, le nouveau calendrier romain a maintenu les rogations en laissant aux évêques de chaque pays le soin de fixer la manière dont elles doivent être célébrées.

Pourquoi l’Église continue-t-elle à en célébrer ?

Comme l’explique le P. Marie-François Perdrix, du Meslay-du-Maine, c’est une manière de rappeler que « la science n’a pas de réponse à tout, et de manifester que Dieu intervient aussi dans la vie de tous les jours, en lui demandant de venir bénir la terre : il ne suffit pas de se tourner vers les assurances, ou de chercher une réponse scientifique », ajoute-t-il. Pour ce prêtre, les rogations peuvent donner lieu à une véritable catéchèse :“ Il importe de ne pas tomber dans la magie, mais simplement de se mettre sous le regard de Dieu, avec cette terre qu’il nous a confiée.” La Croix du 05/06/2011 - Isabelle de Gaulmyn




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site