Accueil du site > Evénements > Quelle merveille ! Que de belles choses se font !

Quelle merveille ! Que de belles choses se font !

mercredi 21 mars 2018

Le Conseil Diocésain de la Solidarité a rencontré les délégués des ensembles paroissiaux et une belle récolte des merveilles vécues localement a pu avoir lieu. En voici quelques exemples, qui ne sont pas exhaustifs, et qui permettent de pouvoir se donner des idées pour que la solidarité puisse se vivre sur le diocèse.

Beaucoup de bénévoles donnent de leur temps auprès des migrants de Saint-Beauzire, aussi bien pour les transports pour des examens de santé, que pour aller à Paris pour l’OFPRA, en passant par des après-midi de jeux et ce qui concerne l’alphabétisation. Une centaine de personnes sont actuellement à Saint-Beauzire, dont une dizaine de familles.

Depuis quelques années, des actions sont menées par l’ensemble paroissial, pour le Carême : un après-midi avec tous les pays représentés sur secteur. On a partagé le mot « paix » écrit dans 17 langues et des plats de tous les pays en question.

À Blesle, chaque année un appel est lancé à toute la population pour apporter des denrées à l’église. Tout ce qui est récolté est apporté en procession pour l’offertoire de la veillée de Noël et ensuite est donné aux organismes de solidarité (CCAS, Secours Pop, Restos du Cœur).

À Aurec, deux familles de migrants ont été accueillies. Ce sont des Syriens d’Alep, musulmans qui ont des papiers. Ils se sont intégrés dans le village même s’il reste des problèmes du travail. C’est l’occasion de belles solidarités entre paroisse et population civile. On essaie d’alphabétiser les parents. Leur arrivée a été préparée par le curé et le maire en commun et environ 70 personnes étaient présentes à la réunion.

À Bas-en-Basset, suite à Diaconia un groupe a organisé des repas et des visites avec des personnes en situation de précarité.

À Sainte-Florine, deux familles sont arrivées sans papiers (Mali et Kosovo) avec leurs enfants. Ils sont sortis du CADA de Langeac, étant « déboutés du droit d’asile ». Des paroissiens et des gens en dehors de l’Eglise se sont impliqués, ensemble pour l’alphabétisation des parents. On porte tous leurs problèmes, même si on ne règle pas grand-chose. Les familles participent aux temps forts de la paroisse. Les Maliens viennent d’avoir leurs papiers, ayant le droit de rester jusqu’aux 18 ans de la dernière. Il y a beaucoup de solidarité et grâce à ces migrants des liens se tissent entre français pratiquants ou non.

Partout dans le diocèse, des actions de solidarité se vivent avec le CCFD, le Secours Catholique, les équipes Saint Vincent de Paul, les Kms Soleil, et dans les établissements de l’enseignement catholique. Tout ne peut pas être cité ici, et le Conseil Diocésain de la Solidarité se réjouira toujours d’apprendre tout ce qui s’organise pour que la mission de la diaconie, du service du frère, se décline avec les missions de liturgie et d’annonce.

Le conseil diocésain de la solidarité



© 2018 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site