Accueil du site > Diocèse > Découvrir > Reflet d’une route

Reflet d’une route

mardi 11 juin 2013, par Simon Gauer

Au cœur de la haute ville du Puy-en-Velay, au pied de la cathédrale, se dresse l’ancien hôtel Saint-Vidal. La bâtisse vieille de sept cents ans semble vouloir raconter une histoire, l’histoire d’un cheminement. C’est le Camino.

Depuis plus de mille ans, des pèlerins parcourent l’Europe pour se rendre sur le tombeau de saint Jacques. La plus ancienne route est la Via podiensis (la route du Puy), tracée sur les pas de Gotescalc, évêque du Puy, en 950/951. Depuis, des dizaines de millier de pèlerins l’ont suivie.

L’historique du projet

Entrepris en 2008, le Camino veut faire vivre au visiteur l’expérience de la route à travers ses principales étapes, avec un thème un peu plus spirituel à chacune d’elles. Cependant, en raison d’imprévus, l’espace scénographique n’a pas pu être achevé, il s’arrête aujourd’hui à Santo Domingo.

Un site

Le Camino est situé dans de magnifiques locaux  : pièces voutées exceptionnelles et plafonds à la française grandioses... La visite suit un parcours suivant les étapes de la Via Podiensis. Chaque pièce représente une grande étape de la marche qu’illustrent des témoignages audio ou vidéo de pèlerins.

Au sein du bâtiment, on trouve également un accueil pour les pèlerins. Ils y sont accueillis chaque soir par un verre de l’amitié, on leur donne aussi la Crédential, petit carnet de route du pèlerin.

Suivez le guide  !

Le visiteur commence par une salle «  d’introduction  » rappelant l’historique du chemin par une frise chronologique.

Vient ensuite l’étape du Puy-en-Velay jusqu’à Conques  : la messe d’envoi des pèlerins de 7h à la cathédrale, le pèlerin laisse ses intentions de prière en partant. Les témoignages invitent à une réflexion sur la solitude et le rapport à la nature.

Une fois à Conques, le marcheur arrive devant l’immense abbatiale Sainte-Foy et son extraordinaire tympan au centre duquel trône le Christ Vainqueur. Une vidéo invite à réfléchir sur le silence.

De Conques, on se dirige ensuite vers Lectoure. C’est le moment où le pèlerin goûte à la vraie liberté et doit faire des choix.

Après Lectoure, Roncevaux, là où le Chemin est le plus difficile. C’est là aussi que l’hospitalité des gîtes du Chemin trouvent le plus leur sens. Plus que de la simple hospitalité, il s’agit ici d’une réelle charité.

L’arrivée sur Roncevaux est l’occasion d’une méditation sur la souffrance. C’est là que le marcheur peut comprendre réellement ce qu’est «  aimer  ».

Après Roncevaux, le marcheur part pour Santo-Domingo. Il médite sur le chemin déjà parcouru et sur sa vie passée et se rend compte que son cheminement est unique.

Le Camino s’arrête malheureusement ici pour l’instant. Les quatre dernières salles porteront le visiteur jusqu’à découvrir Saint-Jacques. «  À mi parcours, le Chemin est en soi [déjà] objet de contemplation  ». Le Camino dévoile le véritable Chemin, grâce à des témoignages poignants, l’authenticité des lieux et l’accompagnement par le chœur des moniales cisterciennes de Boulaur, et il ne donne qu’une envie, c’est de continuer.

L’appel de Saint-Jacques

Le Camino invite le visiteur à s’engager à la suite de Gotescalc et des pèlerins.

Il est le reflet de cette marche, et pour en profiter pleinement, il faut «  vraiment prendre le temps d’écouter les témoignages, car c’est là le secret du Camino  » et celui de Saint-Jacques.

Le Camino pratique
Le Camino
2, rue de la Manécanterie
43000 Le Puy-en-Velay
Site Internet : www.lecamino.org



© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site