Accueil du site > Diocèse > Mouvements > Action Catholique > Rencontrer l’autre

Rencontrer l’autre

jeudi 30 août 2012, par P.B.Planche

Le Mouvement Chrétien des Retraités (MCR) fait aussi sa rentrée. Cette année, les rencontres auront pour thème « La rencontre de l’autre ». Présentation.

Objectif d’année

Pour les membres du MCR, aborder le sujet « La rencontre de l’autre » conduit naturellement à s’interroger sur « qui est l’autre » cet autre à la fois semblable et différent.
La rencontre de l’autre est une donnée essentielle de la condition humaine. C’est elle qui, peu à peu, nous structure. Dans la rencontre, chacun donne et reçoit. Dans cet exercice de réciprocité, nous sommes rendus plus humains et cela nus prépare à rencontrer celui qui est le tout Autre.
Les rencontres du MCR vous donc proposer une réflexion sur les rencontres : rencontres fortuites ou organisées, rencontres avec ceux que nous considérons comme proches, rencontres avec celles qui nous paraissent étrangère, rencontre avec le Tout autre que nous ne connaitrions pas si le Christ Jésus n’était pas venu à notre rencontre afin de nous révéler l’amour du Père pour l’homme sa créature.

La famille

La famille est le premier lieu où l’on apprend à établir des relations, à accueillir l’autre dans sa différence, à le respecter, à lui faire place pour lui permettre de grandir et de vivre. C’est aussi le premier lieu où l’on apprend à se soumettre à une autorité légitime, à accepter une discipline, à distinguer le bien du mal.
Bien des facteurs influent sur les relations à l’intérieur de la famille, les cultures, les traditions, les opinions familiales, Le travail, le logement, le lieu de résidence… la transmission du savoir et des valeurs au sein de la famille subit une forte pression extérieure à une époque où les médias contribuent notablement à modeler les comportements.
Les problèmes familiaux sont innombrables, mais les membres du MCR veulent avant tout s’interroger sur la rencontre, le partage, le soutien et la solidarité tels qu’ils peuvent se vivre au sein des familles.

L’étranger

La mondialisation fait se rencontrer de plus en plus des populations d’origines diverses. Les couples d’origine diverses sont courants, un million et demi de français résident à l’étranger, les jeunes font fréquemment des séjours à l’étranger au cours de leurs études et des étudiants étrangers viennent se former en France. La proportion des familles d’origine étrangère s’accroit, surtout dans les zones urbaines, donnant naissance à des communautés aux traditions variées. Les exilés, quels qu’ils soient, d’où qu’ils viennent, se heurtent à toutes sortes de problèmes, dont le premier est d’établir une relation avec les autochtones. Il est difficile de faire fi de sa propre culture et d’entrer dans celle de l’autre. C’est vrai pour l’accueillant comme pour l’accueilli.
Les membres du MCR s’interrogeront donc sur leurs relations concrètes avec les étrangers. Le problème de l’immigration est permanent et bouscule. Il devient plus aigu en ces temps économiquement difficiles.

Les personnes handicapées, malades, exclues

La différence, l’altérite, si elles peuvent être l’occasion de partages ou d’échanges peuvent tout aussi bien devenir facteurs d’exclusions. Il est beaucoup plus facile d’exclure que d’inclure et la tentation d’éviter ou même de rejeter les porteurs de handicap, ceux qui « ne sont pas comme tout le monde, est forte.
Le handicap, c’est ce qui empêche un être humain d’être à égalité de chance avec les autres. Il amène à vivre en décalage par rapport à ce qui est considéré comme la normalité. Limité dans ses activités physiques, psychiques ou intellectuelles, marqué par les difficultés d’expression, de communication, de déplacement, la personne handicapée se trouve marginalisée, mise à l’écart de la vie société. Sont marginalisés également le chômeur, l’étranger, la personne âgées dépassées par l’évolution des modes de vie, qui perte son autonomie, le grand malade, la personne qui se referme sur son passé, le prisonnier…
Sur ces sujets tout particulièrement, les membres du MCR, comparerons leur pratique à celle de Jésus.

Diversité des croyances

Trop souvent, les religions ont été prises comme prétexte pour justifier les guerres. Or, souvent les protagonistes ignorent les préceptes de la religion de leurs adversaires mais aussi ceux leur propre religion. C’est pour s’opposer à de tels comportements que Jean-Paul II et Benoît XVI ont invité les représentants de toutes les religions à Assise pour prier pour la paix et la connaissance mutuelle.
La mondialisation, les mouvements de population, les développements des moyens de communication, les échanges de toutes sortes provoquent dans nos pays un brassage ethnique, culturel et religieux. Les chrétiens ont à vivre leur foi dans une société où s’expriment désormais des croyances et des religions diverses. Cela n’est pas sans conséquence.
Si les chrétiens se sentent spontanément plus proches du judaïsme qui était la religion de Jésus et avec lesquels il partage une bonne part de leurs Écritures. Il en va différemment avec l’Islam. L’affirmation de l’identité musulmane dans les pays occidentaux est un phénomène marquant de notre époque. Elle provoque des réactions d’accueils positifs parfois, mais aussi de l’étonnement ou du rejet. Les chrétiens, de leurs côté, se divisent en différentes confession et essaient de vivre un dépassement des affrontements d’autrefois dans l’œcuménisme. Jusqu’au sein même de l’Église catholique, les différents courants interrogent.
Les membres du MCR tenteront de s’informer sur les croyances et les croyants d’autres religions, sans pour autant renoncer à témoigner de leur foi.

La vie associative

La rencontre avec l’autre se déroule dans l’ordinaire de la vie : saluer une personne, échanger avec un commerçant ou avec quelqu’un de sa clientèle, même pour parler de la météo, jouer à la belote ou au scrabble dans un club… Est-ce une vraie rencontre ?
Les membres du MCR veulent réfléchir sur la qualité de leurs rencontres : relations de voisinage, vie associative, paroissiale et également, en cette année du cinquantenaire du MCR sur les rencontres mensuelles des équipes.

Rencontrer le Tout-Autre

Le dernier temps de l’étude de leur thème d’année conduira les membres du MCR à se laisser rencontrer par Dieu. Il leur sera proposé de réfléchir à partir de l’appel de Dieu à Moïse dans l’épisode du buisson ardent (Ex 3) et d’autres appels du Seigneur dans l’histoire du salut. Un temps sera aussi consacré à approfondir la relation entre les rencontres quotidiennes et les sacrements de l’Église, leiux de rencontres du Christ ressuscité.
Là aussi, la tension entre ressemblance et altérité est constitutive de la rencontre. Dieu nous crée à son image mais il reste le tout-autre. Jésus a pris notre condition humaine : la rencontre avec Dieu fait faire l’expérience de la similitude et de la proximité, mais, et c’est le paradoxe, il dépasse toujours nos possibilités de savoir.

Cinquantenaire

Le MCR fête en 2013 son 50ème anniversaire. Pour marquer cet évènement une rencontre nationale aura lieu à Strasbourg les 5 et 6 mars 2013 et une grande fête régionale devrait réunir près de 700 personnes à Clermont-Ferrand en juin prochain. D’ici là des rencontres de lancement d’année auront lieu dans toute la Haute-Loire (Brioude le 10 sept., Langeac le 11 sept ., Monistrol/Loire le 13 sept., Dunières le 14 sept., Lantriac le 17 sept., Craponne le 18 sept., Costaros le 20 sept. Et le Puy-en-Velay le 21 sept.).




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site