Accueil du site > Diocèse > Vie consacrée > Trois siècles de présence lasallienne en Haute-Loire

Trois siècles de présence lasallienne en Haute-Loire

jeudi 1er octobre 2015

Samedi 26 septembre, à Vals-près-le-Puyune célébration remerciait les frères des écoles chrétiennes (ou lasalliens du nom de leur fondateur saint Jean-Baptiste de la Salle) pour leur action en Haute-Loire au moment où ferme leur dernière communauté permanente en Haute-Loire. Extraits de l’intervention du frère Le Chapelain, visiteur provincial.

Remerciements

Monseigneur, vous avez tenu à présider cette eucharistie qui marque le départ de la dernière communauté des Frères des écoles chrétiennes en Haute-Loire. L’Institut et les frères de la communauté sont touchés de cette délicate attention. Merci au Père Florent de Rugy et à la paroisse de Vals de nous accueillir.
Les frères des écoles chrétiennes et le diocèse du Puy ont une longue histoire commune. Je vous en rappelle quelques étapes.

Avant la Révolution

Les frères sont appelés dès 1734 (bientôt trois siècles !) pour tenir gratuitement des écoles chrétiennes pour les jeunes garçons de la ville du Puy. On compte sur eux pour s’occuper de l’enseignement dans les milieux populaires par des écoles ouvertes à tous ceux qui se présentent. En 1741, Mme Colin des Royes donne aux frères la propriété de la Maison Gouteyron (proche de l’actuel conseil général) puis en 1768, les frères ouvrent une autre école en basse-ville.
En 1792, les frères doivent laisser la place au Comité révolutionnaire. Le frère Paul de Jésus est enfermé au Puy, sa ville natale.

Renaissance

Après la tourmente révolutionnaire, lorsque le cardinal Fesch, alors archevêque de Lyon, appelle les anciens frères à refonder l’Institut. Deux frères du nom de Galet tenaient une école dans le hameau de Chaturange, dans la commune de Saint-Pal-en-Chalencon. L’ainé annonce alors à ses élèves qu’il rejoint Lyon et les frères. Bientôt, deux de ses élèves deviennent frère à leur tour ; l’un d’eux est Matthieu Bransiet d’Aspinac, qui deviendra le frère Philippe, supérieur général de l’Institut de 1838 à 1874.
Fin 1818, trois frères rouvrent la maison Gouteyron, ils seront onze au moment de la laïcisation. Des écoles ouvrent à Bas-en-Basset, Yssingeaux, Brioude, Monistrol-sur-Loire, saugues, Saint-Didier-en-Velay…
La seconde république avec la loi Falloux, puis le Second Empire permettent de développer les pensionnats. Celui du Puy est créé en 1854 par le frère Paulinus et prendra le nom de « Notre-Dame de France en 1861. Le noviciat du Puy est fondé en 1850 et s’installe dans le quartier des Carmes en 1854. Les postulants arrivent de plus en plus nombreux et plus jeunes. Un petit noviciat s’installe en 1895 près de l’Institut agricole qui s’était formé en 1885. Les 14 communautés de frères de Lozère et de Haute-Loire forment désormais le district du Puy.

Dans les luttes anticléricales

L’implantation des frères se poursuivra jusqu’à la laïcisation de toutes les écoles communales publiques que tenaient les frères : Pradelles, Lapte, Retournac, Rosières, Grazac, Saint-Front, Polignac, Aurec-sur-Loire, Bains, Beauzac…
Il faut désormais créer, à la demande des parents, un nouveau réseau d’établissements dits « libres » : Lavoute-Chilhac, Saint-Michel Saint-Joseph et Saint-Norbert au Puy, Saint-Julien-Chapteuil, Araules, Coubon, Vieille-Brioude, Saint-Jeures, Lantriac, Loudes, Saint-Pierre des Carmes, Brives-Charensac, Craponne-sur-Arzon..

Fin d’un chapitre

Aujourd’hui, la dernière communauté de frères des écoles chrétiennes quitte le diocèse du Puy. Deux frères demeurent en Haute-Loire et l’Institut des sciences de la vie et de la terre (ISVT), sous tutelle du réseau éducatif Lasallien, poursuit sa mission éducative au service des jeunes.
Alors, faut-il regretter le temps de la splendeur de notre Institut et de l’Église, quand la Haute-Loire comptait 31 communautés de frères œuvrant dans les petites écoles ou tenant de glorieux établissements éducatifs comme le « Pensio » ? Ou devons-nous remercier Dieu pour l’œuvre accomplie auprès des jeunes par nos prédécesseurs mais aussi le remercier pour ce temps de pauvreté qui est le notre aujourd’hui et à l’épreuve duquel se bâtit une Église renouvelée ?
Je crois aussi savoir Monseigneur, que si vous dites au-revoir aux frères ce soir, vous accueillez demain une nouvelle communauté de sœurs à Blesle. Le relais est passé.

Au-revoir aux frères

Frères Jean, René, Gabriel, et Victor, Édouard et René qui ne sont pas ici ce soir, en rejoignant d’autres communautés, vous quittez, non sans émotions, ni renoncement, une fraternité, des amis, des parents, une paroisse, des habitudes, des paysages… Vous le faites en fidélité à votre baptême et à vos vœux religieux : « Je promets de m’unir et de demeurer en société avec les Frères des écoles chrétiennes qui se sont associés pour tenir ensemble et par association les écoles au service des pauvres en quelque lieu que je sois envoyé et pour y faire ce à quoi je serai employé, soit par le corps de la Société, soit par ses supérieurs.

Quie l’Esprit-Saint, dans vos nouvelles communautés de vie, vous confortent dans la foi et l’espérance, et vous garde dans la paix. Monseigneur, que par ce même Esprit, Dieu continue à répandre son amour sur votre diocèse, tout particulièrement sur les jeunes, pour sa plus grande gloire.


Portfolio

Les frères Mgr Crepy remerciant les frères Remise de la médaille du diocèse Remise du diplôme du mérite diocésain Le cadeau de la paroisse Remerciement des anciens du "Pensio"


© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site