Accueil du site > Evénements > Une journée pour la santé des prêtres

Une journée pour la santé des prêtres

vendredi 1er février 2013, par P.B.Planche

Le 1er février une quarantaine de prêtres du diocèse du Puy-en-Velay on participé à une journée organisée par la CAVIMAC sur le thème : stress, anxiété et sommeil.

Des interventions appréciées

Les interventions de Stéphanie Mazza et Benjamin Putois étaient à la fois de haut niveau et accessibles. Le matin ils donnèrent une conférence à deux voix. C’était pour eux une première sous cette forme. Elle fut très appréciée des participants et même du directeur de la CAVIMAC qui avait fait le déplacement pour l’occasion.
L’après-midi, deux ateliers permettaient d’aller plus loin et d’apprendre des gestes et des attitudes positives. Le premier de ces ateliers était consacré au sommeil, le second aux pensées obsédantes.

Le stress

Il est impossible de résumer ici la totalité de ce qui a été dit.
Le stress peut conduire à l’anxiété voire à la dépression. Il est la réponse à une menace et n’est donc pas en lui-même un état pathologique. Il est même nécessaire face à un danger car il mobilise l’énergie de la personne pour faire face.
Le stress génère plusieurs types de réponse : l’évitement, le combat ou ne rien faire. Chaque attitude entraine des réactions physiques qui sollicitent l’organisme : le cœur, la respiration… Ces réactions mobilisent l’organisme pour répondre à la menace.
L’évitement peut être positif, mais trop répété il handicape. Il peut même générer des formes de démences, d’addiction (alcool, tabac…), ou des troubles du comportement (langage excessif, attitudes répétitives, …)
Il y a toujours un moment où l’individu doit faire face. Si le stress demeure sans que l’on arrive à résoudre le problème, l’anxiété s’installe et peut conduire à la dépression et à l’épuisement. Pour l’éviter, il s’agit d’aider la personne à apprivoiser ses peurs ce qui permet de relativiser la menace et diminuer le stress. Elle doit aussi bien voir le but final de la thérapie (pouvoir conduire les enfants à l’école, rencontrer des personnes, créer des liens…)

Le sommeil

Le sommeil associe deux composantes : notre horloge interne qui est liée aux activités et à la luminosité et le « sablier » qui se remplit de nos fatigues tout au long du jour et qu’il faut vider quand il est plein. Il faut que les deux soient en phase pour que le sommeil soit bon.
Un cercle vicieux peut se mettre en place : on est fatigué, on se couche beaucoup plus tôt mais l’endormissement est difficile, la nuit est pénible et le repos peu récupérateur. On est donc fatigué dans la journée, on limite ses activités, on somnole, du coup le sommeil de nuit est altéré, etc.… Le rôle des médecins du sommeil est de briser ce cercle vicieux et de recadrer la personne : ne rester au lit que le temps du sommeil effectif, restreindre la sieste et s’activer afin d’accumuler de la fatigue. Des rites peuvent aussi aider à se préparer à une bonne nuit.


Portfolio



© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site