Accueil du site > Diocèse > Services > Une seule famille humaine

Une seule famille humaine

vendredi 3 décembre 2010

"Une seule famille humaine" est le thème choisi par le Pape Benoît XVI pour la Journée mondiale du Migrant et du Réfugié qui sera célébrée dans toute l’Église le 16 janvier 2011. L’actualité de ce thème n’est plus à démontrer. L’équipe diocésaine de la Pastorale des migrants propose une lecture de ce thème.

Une famille et des barrières

Si de temps en temps, nous percevons une attente en vue de former cette famille humaine, souvent nous sommes étonnés, voir choqués, par les innombrables barrières et frontières qui se construisent pour la diviser. Alors qu’il y aurait tant de bonheur à vivre ensemble, dans des relations pacifiées, c’est souvent le contraire qui se passe, de manière dramatique et violente parfois.
Prenons le temps de regarder et de comprendre les freins de notre marche vers « une seule famille humaine ». C’est un des buts de cette journée mondiale de raviver le goût du « vivre ensemble ». Essayons de faire en sorte que nos communautés chrétiennes soient aidées à s’interroger sur leur place dans cette marche vers une seule famille humaine.
Cette attente d’une seule famille humaine est depuis l’origine, liée à notre foi. Rappelons-nous dette grande figure d’Abraham, et ensuite les étapes du peuple hébreu désirant servir le rassemblement des peuples. De même, dans le message de l’Evangile, que de fois est évoquée dans les paraboles du Royaume, cette perspective de servir la famille humaine ! Dans l’Eglise naissante, l’événement de la Pentecôte est riche de dynamisme, d’universalité, d’une présence active de l’Esprit à ce monde. Et plus près de nous, le Concile Vatican II affirme, dans la Constitution ‘L’Eglise dans le monde de ce temps’ : « les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps…. sont les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisse des disciples du Christ… »

Une donnée de foi

Dire qu’il y a une seule famille humaine va plus loin que ce que nous disent les scientifiques sur le fait qu’il y a une seule espèce humaine. La Déclaration universelle des droits de l’homme nous dit l’égale dignité de tous les humains. Mais si nous parlons de famille humaine, nous nous trouvons devant des questions profondes que nous pose notre foi.
Être de la même famille suppose de reconnaître une origine commune. C’est ce que nous disons quand nous reprenons la prière que Jésus nous a apprise. Quand nous disons "Notre Père" nous entrons dans l’optique de Jésus qui s’oriente vers Celui que nous reconnaissons comme notre origine, ce Père qui nous a donné la vie, ce Créateur qui nous a donné d’exister.

Pour un échange :

- Par delà les frontières, les divisions, les exclusions et marginalisation, qu’est –ce qui contribue à la reconnaissance de l’appartenance à une même famille humaine ?
- Qu’est-ce qui divise l’humanité ? (économie, culture, politique…) Quelles conséquences ? Pour qui ?
- Qu’est-ce qui unit, fait franchir des barrières entre les personnes, les pays, les quartiers ?
- Là où j’en suis, dans ma foi et mon engagement, quel appel m’est lancé aujourd’hui ?
- Quel passage de la Parole de Dieu m’habite devant ce thème « Une seule famille humaine » ?

PROPOSITIONS POUR LA LITURGIE

Suggestion de chants :

• Un seul Seigneur • Que tes œuvres sont belles • Peuple de baptisés • Peuple de l’alliance • Peuple de frères

Pour une entrée en célébration

Ce dimanche est, dans l’Eglise catholique, la Journée mondiale du migrant et du réfugié, avec ce thème de réflexion et de prière donné par le pape : « une seule famille humaine !  » Nous sommes différents, mais nous sommes invités à nous souvenir que «  hommes et femmes, nous sommes créés à l’image de Dieu, pétris de la même dignité ». Nous sommes frères et sœurs, nés d’un même Père. Entrons dans la célébration de cette journée en portant dans notre pensée et notre prière les gens d’ici et les gens venus d’ailleurs, migrants ou réfugiés. Ils sont le signe de ce rassemblement en une seule famille humaine.

1ère lecture : Isaïe 49, 3. 5-6

Le projet de Dieu, c’est que son salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. C’est bien pour que les hommes forment une seule famille humaine. A chacun d’être serviteur de ce rassemblement.

2ème lecture : 1ère Corinthiens 1, 1-3

Les fidèles du Christ sont invités à accueillir la grâce et la paix de Dieu pour en vivre et en témoigner en tout lieu où ils sont.

Evangile Jean 1, 29-34

Dans ce qui est dit de Jésus, une phrase peut retenir notre attention, en lien avec le thème de la journée : «  Au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas. » Par son incarnation, Jésus est homme au milieu des hommes. Par le don de sa vie jusqu’à la mort et la résurrection, il rassemble toute l’humanité, dont il a voulu devenir un des membres, en une seule famille. Nous sommes en marche pour devenir cette « famille humaine », reçue en don et non encore achevée.

Prière universelle

- Seigneur Jésus, tu as dit : «  Je vous laisse la paix, c’est ma paix que je vous donne ; je ne la donne pas comme le monde la donne. Que votre cœur ne se trouble ni s’effraie.  » Jn 14,27 - Aide-nous, Seigneur, à être des artisans de paix dans notre propre famille pour témoigne au-delà, dans le quartier, dans la société, dans le monde.

- Seigneur Jésus, tu as dit : « Quand tu présentes ton offrande à l’autel, si là tu te souviens que ton frère a quelque chose contre ton laisse là ton offrande, et va d’abord te réconcilier avec ton frère ; puis reviens, et alors présente ton offrande.  » Mt 5, 23-24 – Aide-nous, Seigneur, à être des artisans de dialogue pour apprendre à se connaître, à se respecter, à développer des relations qui rendent possible le vivre ensemble

- Seigneur Jésus, tu as dit : « Ayez confiance, c’est moi, soyez sans crainte. » Mt 14,27 – A ceux qui ont peur des autres différents, donne un esprit d’ouverture et de confiance pour oser aller à la rencontre de l’autre et travailler à construire la famille humaine.

Au moment du Notre Père

Quand Jésus a appris à ses disciples à prier, il leur a appris à dire NOTRE Père, et non mon Père. Aujourd’hui, en redisant NOTRE Père, reprenons conscience que c’est Dieu qui fait de nous et de tous les hommes ses enfants, frères et sœurs les uns des autres. A ce Père qui aime tous les hommes sans distinction ni condition, redisons, en pesant nos mots, comme Jésus nous l’appris : NOTRE Père …

Geste de paix

En échangeant un geste de paix avec notre voisin ou notre voisine, pensons que ceux-ci représentent tout homme ou femme dans le monde avec lesquels nous sommes appelés à bâtir des relations de fraternité qui prennent leur source dans la paix du Christ.




© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site