Accueil du site > Evénements > Vatican II et Mission

Vatican II et Mission

vendredi 18 mai 2012, par P.B.Planche

Les conseils paroissiaux du secteur pastoral du Puy se sont rencontrés le 15 mai dernier sur le thème « La Mission de l’Église aujourd’hui à la lumière du Concile Vatican II ». Introduite par une conférence du Père de Mijola, cette assemblée générale se poursuivait par des échanges sur l’évangélisation au Puy.

Deux parties plus une

Le Père Joseph de Mijola est originaire du Pertuis, entre Le Puy et Yssingeaux. Religieu dans la congrégation des Fils de la Charité, il exerce son ministère dans le diocèse de Pontoise. Auteurs de plusieurs ouvrages de réflexion et de spiritualité, il proposait aux membres des conseils paroissiaux du bassin du Puy un parcours dans le Concile Vatican II.
« Nous avons de la chance, disait-il, car nous avons 50 ans de recul pour accueillir ces textes. » Le Concile a été ecclésiologique : il a pensé la nature et le rôle de l’Église.
Vatican II se propose à nous comme deux groupes de textes plus un. Le premier, autour de Lumen Gentium réfléchit sur le mystère de l’Église. Un second groupe de textes, articulé sur Gaudium et Spes, pense le mystère du monde. Un texte est autonome : Dei Verbum qui traite de la Parole de Dieu.

Mystère de l’Église

Vatican II a dépoussiéré notre façon de comprendre l’Église. On est passé d’une vision juridique, sociale (le peuple des chrétiens gouverné par des pasteurs unit au pape) à une compréhension dans le mystère de la Trinité, le peuple de Dieu, le Corps du Christ et le temple de l’Esprit.
L’Église est traversée par deux mouvements inséparables. Comme peuple de Dieu, elle vit de la grâce du Baptême et de la vocation universelle à la sainteté. En cela elle est égalitaire dans la foi, l’espérance et la charité. Mais, en même temps, elle dépend d’une hiérarchie ministérielle, placée de la part du Christ pour servir cette sainteté.
L’Église est une communion d’Églises : l’Église est totalement Église dans chaque diocèse, qui n’est pas cependant à lui seul toute l’Église. C’est en aimant notre Église, notre diocèse que nous aimerons l’Église.

Mystère du monde

Gaudium et Spes a opéré trois révolutions dans la façon dont nous sommes invités à considérer le monde.
Le monde est dans la Trinité : il nous faut le regarder avec un regard de foi qui implique pour nous de mettre cette foi, la prière et la contemplation au premier plan.
Le monde a des autonomies : l’Église n’a pas pour vocation de tout englober, quand bien même elle le pourrait. Ces autonomies sont la raison, le politique, la culture, la conscience. « Ce qui se manifeste là c’est la grâce première, celle de la création, en sa consistance en sa précédence, en son irréductibilité »
L’Église et le monde ont mutuellement quelque chose à s’apporter. C’est là le lieu de la mission.

Cliquez ici pour retrouver le texte du père de Mjola

Échanges et convictions

A la suite de cette présentation, les participants étaient invités à partager leurs réactions en groupes. Ces échanges ont été mis en commun. En voici une brève synthèse.
De l’intervention du Père de Mijolla on retenait en particulier l’articulation de l’Eglise, du monde et de la Trinité, le regard de foi sur le monde et sur l’Église. L’exposé a fait apparaître un ensemble de textes plus complexe que certains croyaient : on n’est pas « Pour Vatican II » ou « Contre Vatican II » mais on sent le besoin d’approfondir ces textes pour pouvoir avancer.
Restait à comprendre comment Vatican II concerne les communautés paroissiales et la mission des baptisés. Une longue suite de questions ont été posées. En voici quelques unes : Comment vivre le mystère de communion et de mission ? La place des laïcs, des prêtres, des diacres, des religieux ? Quelles solidarités mettre en place ? Comment exister en tant que chrétiens dans un monde déchristianisé ? Comment évangéliser tout en respectant les autonomies du monde ? Quelques priorités étaient dégagées : Essayer de garder une proximité avec le quartier ; Développer l’hospitalité ; Essayer de dépasser les tensions ; Ne pas passer toute l’énergie dans l’organisation des paroisses ou du secteur ; Redécouvrir Jésus vivant aujourd’hui mais aussi regarder plus la vie de Jésus qui nous apprend à être des hommes et des femmes ; L’intelligence de la foi : transmettre mais aussi se former ; Faire apparaître la joie d’être croyants.


Portfolio



© 2017 - Diocèse du Puy-en-Velay| Plan du site | Espace privé | Mentions légales |  RSS 2.0 Suivre la vie du site