Moniales passionnistes à Venteuges (43170)

« Je vais la séduire, je la conduirai au désert et je parlerai à son cœur »[1]

Mystère que l’appel de Jésus dans le cœur d’une jeune femme à tout quitter pour le suivre !!! Et mystère encore plus grand quand Il appelle à la vie contemplative…

« Mon cœur n’appartient qu’à Dieu. Il est mon amour ! »[2]

A Venteuges, aux confins du diocèse, des moniales ont répondu à cet appel à Le suivre radicalement, et jusqu’au Mont Calvaire. Elles ont dit « oui !!! ».  Il y a une beauté magnétique dans la vie contemplative qui aiguise l’appétit humain pour Dieu. Il y a aussi un côté universel qui est vertigineux. Nous croyons qu’en vivant ici, dans le village de Venteuges, perdu à 1000 mètres d’altitude, nous avons une influence sur le monde entier. Ramasser une épingle avec amour, comme disait la petite Thérèse, a des répercussions invisibles et positives sur le monde entier, par ce lien spirituel et invisible qui uni tous les êtres humains du monde entier, en Jésus notre Dieu et notre Sauveur.

Certes, nous ne sommes pas là pour comptabiliser les fruits de ce que nous faisons. Mais nous le croyons, dans la foi.

Nous sommes moniales passionistes ! Voilà ! Le mot est lâché !!!

Nous avons été fondées au XVIIIè siècle par un italien : Saint Paul de la Croix. Grand mystique, follement amoureux de Jésus, il avait découvert que par la prédication de la Passion de Jésus beaucoup de conversions s’effectuaient. « La Passion est l’œuvre la plus stupéfiante de l’Amour de Dieu » disait-il.

La vocation des moniales passionistes contemplatives est une vocation d’union à Marie au pied de la croix. Avec elle, nous supplions « que tous soient sauvés »[3]. Avec elle, nous désirons réconforter Jésus dans son agonie. « Un ange s’approcha qui le réconforta »[4]. Avec elle, nous savons que nous sommes tellement aimées par l’amour !

Par les vœux publics nous devenons ses épouses bien-aimées. « Je suis à mon Bien Aimé, et mon Bien Aimé est à moi »[5] ; « je ferai en elle ma demeure, nous viendrons chez elle »[6]

Concrètement, notre vie est une alliance heureuse de vie au désert et de vie fraternelle ; de prière en Eglise (l’Eucharistie, l’office divin chanté, le chapelet) et de prière personnelle (2 heures d’adoration du Saint Sacrement par jour) ; de travail au service de la communauté et de temps de détente quotidien ; d’étude et de repos, d’accueil et de solitude…

« Là où il y a des religieux il y a la joie » Pape François[7]


[1] Osée 2-16

[2] St Paul de la Croix

[3] 2 Pierre 3-9 ; 1 Timothée 2,4 ; Jean 2,16

[4] Luc 22, 43

[5] Cantique des cantiques 2, 16

[6] Jean 14, 23

[7] Lettre apostolique du 21-11-2014 – année de la vie consacrée